L’instant Feng-Shui: «Votre santé en lieu sûr»

Focus sur l’ouvrage «Votre santé en lieu sûr», publié aux éditions Le Courrier du Livre  — cautionné par Hans Wilhelmsson, physicien nucléaire, jury des prix Nobel de physique. Un livre conçu, structuré et augmenté, pendant plus de vingt ans, par Alain de Luzan, ingénieur systèmes, géobiologue, expert, titulaire d’un diplôme en médecine chinoise reconnu par l’Université de Beijing (Pékin).

 

 

Après quatre éditions successives et près de 12000 exemplaires écoulés (nouveau tirage, nouvelle édition prévue à la rentrée 2016), l’ouvrage s’impose désormais comme un outil de référence en matière de géobiologie. Science bioénergétique, humaniste et métaphysique, la géobiologie intègre des données issues de la géologie, de la biologie, de la physique et de la chimie, en vue d’étudier l’impact de la Terre soit l’influence de sa mécanique sur le vivant — humain, animal et végétal. Votre santé en lieu sûr dévoile une activité simultanément scientifique, holistique, «inclassable» et «pluridisciplinaire», étudiant avec fluidité un puissant potentiel extrait de la nature invisible des lois qui nous gouvernent, selon «une approche transversale de l’Univers», dans le cadre d’une recherche vers un plus grand bien-être de tous…

 

Ne plus confondre invisible et irrationnel

 

Science du lieu et de son influence sur la santé, la géobiologie détermine l’impact de l’environnement sur notre organisme et nos comportements. Cette discipline structurée s’appréhende avec rigueur en tant que complément d’études scientifiques, doté d’un bagage de connaissances simultanément ancestrales et contemporaines. La géobiologie analyse, par le biais de manipulations physiques, géologiques, chimiques et bioénergétiques, les phénomènes naturels permettant de «percevoir notre environnement sous un angle différent». Une expertise «préliminaire ou complémentaire», d’après l’auteur, aux prescriptions de la médecine occidentale — conforme aux protocoles établis par différentes branches de la science traditionnelle.

«Comment maintenir un espace sain pour rester en bonne santé et éviter les drames?», s’interroge Alain de Luzan. «Avant le néolithique, l’homme était nomade. L’influence du lieu sur sa santé ne pouvait être évidente», explique l’auteur en guise d’introduction au concept de son livre. Pour élaborer une définition contemporaine du mot santé, l’expert a choisi de se référer aux termes de l’OMS publiés en 1948, selon lesquels «la santé n’est pas seulement l’absence de maladie mais un état de bien-être physique, mental et social».

 

«Entre maison et lieu de travail nous passons plus de 80% de notre temps à l’intérieur (…)»

 

Le fait de se sentir bien ne dépend pas uniquement d’une faculté de résistance physiologique aux microbes ainsi qu’aux virus, ni entièrement d’une alimentation saine. Un grand nombre d’éléments, perceptibles ou invisibles, influencent subtilement voire insidieusement le mental et l’organisme, jusqu’à endommager considérablement le développement général de l’être humain, à titre individuel mais également collectif. L’impact des nuisances sonores, le degré de pression expérimenté au cœur de la nouvelle agitation urbaine, un environnement biologique naturel à la source d’ondes électromagnétiques toxiques — bienfaitrices pour la nature mais destructrices pour l’Homme — se révèlent aussi négatives pour l’équilibre fondamental d’un être ou d’une société. Sans compter sur les interférences psychosomatiques apparaissant à la suite de certains accidents de la vie, de violents traumatismes, des chocs émotifs reliés au deuil, ou bien à une maladie, un handicap, une agression, un divorce…

La géobiologie s’impose, ici et maintenant, au carrefour des sciences novatrices en présentant via des objectifs scientifiques évolutionnistes, non réductionnistes, une logique structurée sur la base d’une affiliation au Vastu Shastra, l’ancêtre du Feng-Shui (se prononce Feng-Choy), dont on retrouve l’empreinte dans les Veda, livres sacrés nés de la spiritualité hindouiste, rédigés en sanskrit. En matière d’émanation énergétique, «les thérapeutes orientaux apportent une importance primordiale à la circulation de l’énergie dans le corps physique depuis des millénaires», rappelle Alain de Luzan.

À l’École Française de Géobiologie fondée par l’ingénieur systèmes, en 2016, on entend «structurer l’enseignement en se mettant à la portée des élèves, mais en évitant tout langage ésotérique «New Age» (…)». Créée en 2007, l’école déploiera à l’été 2017 sa dixième promotion: «Le diplôme est décerné aux lauréats de l’examen, à l’issu du module de professionnalisation (…). Les diplômés ont ensuite accès à quatre enseignements spécialisés (…). L’école forme des géobiologues professionnels efficients, en prise avec le XXIe Siècle». Avec une méthode de vérification scientifique et les nouveaux outils dont la technologie dispose, il est plus simple, à l’heure actuelle, d’infirmer ou confirmer une vérité réputée ancestrale. Depuis le début de sa carrière, Alain de Luzan entend démontrer comment «cesser de confondre l’invisible et l’irrationnel», avec discernement, en conscience.

 

Marion Calviera

© PAM 2016

 

EN SAVOIR +

Numéro spécial Géobiologie

Juillet 2016

L’invité du mois:

Alain de Luzan, ingénieur, géobiologue-expert

Géobiologie: «Une science inclassable…»
Dialogue entre un ingénieur systèmes et une journaliste

Accéder au site de l’École Française de Géobiologie (E.F.G.) et de Géobios Expertise
Accéder à la page FB de Géobios expertise
Accéder à la page FB de l’EFG

 

NEWS

  • Minthé Interview Qui Suis-Je ?   «Une personne sur dix dans notre monde n’a pas accès à l’eau, le plus basique, le plus vital des besoins humains. Une privation que nous, Occidentaux, n’imaginons pas endurer plus de 12 heures consécutives.  Un fait, 663 millions de personnes sur cette planète manquent d’eau. C’est une réalité, une
    Surprise des yeux   Dans une baignoire ou par le biais de ses montages photographiques, l’ancien acteur de film d’horreur, Robert Gligorov, dévoile son monde intérieur, des images exprimant ses fantasmes de mutation.     L’art ne fait qu’imiter la nature   D’origine macédonienne, Robert Gligorov est le Docteur Frankenstein de l’art mutant. Lui aussi

POINT PRESSE

Politique

Economie

Média

L'interview

Money Planet

Les planches du mag

Chroniques de l'Eau