Photo: « Trash The Dress », romance urbaine

Urban Romance

«Rock the Frock»

 

Trash the Dress (bousiller la robe) est un concept américain qui consiste à recycler sa robe de mariée en immortalisant l’instant précieux du mariage par le biais d’une photographie originale. Une oeuvre d’art singulière et décalée pour les jeunes mariés qui veulent garder un héritage visuel et laisser une trace… spéciale.

 

 « Trash the dress » est aussi connu sous les noms de « fearless bridal » (« la noce intrépide ») ou « rock the frock » (mot-à-mot, « fais bouger les fringues », dans le sens de « mets de l'ambiance avec tes fringues »). Shooting extrême du photographe Canadien, Jeff Cooke.

Le phénomène Trash the dress est également connu sous les expressions fearless bridal (noce intrépide) ou rock the frock (bouscule tes fringues). Sur la photo: shooting extrême du photographe Canadien Jeff Cooke.

 

Selon The New York Times, le photographe John Michael Cooper, spécialisé dans la photographie de mariage traditionnelle, est à l’origine du projet  «trash the dress» depuis 2001. La « lassitude » qu’il éprouvait à faire toujours les mêmes ennuyeuses photos de mariage « l’a amené à persuader certaines de ses clientes de poser peu après la cérémonie dans un univers urbain et décalé ». L’idée de détruire la robe s’inspire également des mariages israéliens ou encore d’Hollywood notamment grâce à une scène de la série télévisée Sunset Beach diffusée en 1998 lorsque l’actrice hollywoodienne Meg Cummings court dans l’océan avec sa robe de mariée, après l’interruption de son mariage.

 

Trash the dress, mariage en mode surf (Biarritz, France) © florianecaux.com

Trash the dress, mariage en mode surf (Biarritz, France) © florianecaux.com

 

« Sacrifier la robe permet de garder du mariage un souvenir inoubliable par son originalité, liée directement aux moyens artistiques utilisés pour bousiller la robe, au contraire des mariées traditionnelles qui «momifient» la leur en la conservant pieusement dans une housse. »

 

Détendre les mariés pour les préparer à franchir le cap paisiblement, sans pression supplémentaire le Jour J, sans séance photos ni tournage vidéo traditionnel, bien souvent tous deux programmés avant ou pendant la soirée. Autrement dit, bousiller sa robe d’une façon mémorable, artistique, et symbolique, permet de figer l’instant avec créativité en fonction des personnalités et des tempéraments des couples abonnés à cette nouvelle coutume urbaine. Une idée préalablement réfléchie et travaillée qui permet ainsi aux mariés d’atteindre la salle de réception calmes et détendus à l’heure de la réception. Le style s’est développé en tendance photographique aux États-Unis et au Royaume-Uni.

Notre sélecta coup de coeur 

«Fearless Bridal»

 

Les planches de Massana

© PAM 2016

 

Sur le même thème:

Robes de mariée 2016: 10 remèdes antimeringue (1)

Robes de mariée 2017: 10 remèdes antimeringue (2)

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

NEWS

  • Minthé Interview Qui Suis-Je ?   «Une personne sur dix dans notre monde n’a pas accès à l’eau, le plus basique, le plus vital des besoins humains. Une privation que nous, Occidentaux, n’imaginons pas endurer plus de 12 heures consécutives.  Un fait, 663 millions de personnes sur cette planète manquent d’eau. C’est une réalité, une
    Surprise des yeux   Dans une baignoire ou par le biais de ses montages photographiques, l’ancien acteur de film d’horreur, Robert Gligorov, dévoile son monde intérieur, des images exprimant ses fantasmes de mutation.     L’art ne fait qu’imiter la nature   D’origine macédonienne, Robert Gligorov est le Docteur Frankenstein de l’art mutant. Lui aussi

POINT PRESSE

Politique

Economie

Média

L'interview

Money Planet

Les planches du mag

Chroniques de l'Eau