« Tatoueurs, tatoués »: L’expo dans la peau…

L’univers du tatouage s’installe au Musée du Quai Branly, à Paris, jusqu’au 18 octobre 2015. Partez à la découverte des origines et des significations d’un art corporel universel. Au fil du temps, le tatouage signe la fin d’une marginalisation. De plus en plus présent sur la peau, il devient le sanctuaire d’un destin, d’une affirmation de soi.

 

Expo_Tattoo

Motif de tatouage sur un buste féminin (DR)

 

Pendant plus d’un an, l’exposition «Tatoueurs, tatoués», présente l’histoire de ces motifs à l’encre noire, une épopée dans le temps au travers des continents. Autrefois, dans des régions plus retirées, ces «peintures» gravées à même la peau avaient des significations religieuses, tribales, ésotériques, symboliques de l’histoire d’une tribu, d’un passage rituel ou encore d’une position importante au sein d’un clan.

Plus proche de notre ère, les tatouages faisaient aussi l’attraction dans les cirques avec les «side-shows», ces hommes et ces femmes entièrement tatoués, s’exposaient, tels des œuvres d’art aux yeux du monde. Aujourd’hui, le tatouage attire de plus en plus d’adeptes pour devenir un phénomène de société. Utilisé parfois pour une question de normes esthétiques, le tatouage se cale sur les évolutions dans l’air du temps, se développe, et séduit différentes générations.

 

 

Une histoire iconographique

L’exposition retrace l’évolution du tatouage en 5 points. La section «du global au marginal» transmet les cultures grandissantes de ces marquages corporels et matérialisent l’appartenance à un groupe. La partie d’«un art en mouvement» évoque les naissances et le cheminement des tatouages auprès de trois puissances mondiales : le Japon, l’Amérique du Nord et l’Europe.

L’univers d’«une peau neuve: renaissance du tatouage traditionnel», met à l’honneur le renouveau identitaire marquant le tatouage avec le développement des échanges intercontinentaux. Du côté des «nouveaux territoire du monde», le tatouage est en pleine expansion jusqu’à l’ouverture d’écoles spécialisées enseignant la reproduction de motifs traditionnels et sacrés. De «Nouveaux encrages» clôture enfin la visite accompagnée de cette expo photos dédiée aux tatouages traditionnels.

 

Cliquez sur une image pour activer le diaporama

 

Informations  pratiques

 
Exposition jusqu’au 18 octobre 2015
Musée du quai Branly
37, quai Branly
75007 Paris
Tél. : 01 56 61 70 00

 

© PAM 2015

 

Enregistrer

NEWS

  • Rencontre avec Max Papeschi (Milan), auteur, réalisateur et artiste graphique engagé, la quarantaine flamboyante, le temps d’une interview dynamite. Voyage cynique au cœur d’«un cauchemar collectif» dans l’air du temps. Destination «Planète Papeschi», âmes sensibles s’abstenir. Par Marion Calviera   Punch liner n°1   Un saut vers l’inconnu Après avoir travaillé en tant qu’auteur et
    L’artiste polyvalente australienne Justine Khamara est une magicienne. Diplômée du Victorian College of the Arts, à Melbourne, en 2003 — avec les honneurs de ses professeurs —, son univers oscille entre photographie, sculpture et architecture visuelle, pour une griffe immédiatement reconnaissable.     Maître en l’art de la distorsion, de la destructuration, le talent de

POINT PRESSE

Politique

Economie

Média

L'interview

Money Planet

Les planches du mag

Chroniques de l'Eau