SMIC : Augmentation plus forte sous Sarkozy qu’en Hollandie

Benoît Hamon, candidat de la Belle Alliance Populaire à la primaire socialiste en 2017 estime, niveau SMIC, que Nicolas Sarkozy a été plus généreux que François Hollande avec les salariés. Vérification par Mathilde Dandeu.

 

02773466-photo-benoit-hamon2

En Hollandie, le SMIC aurait augmenté plus que sous Nicolas Sarkozy mais ce constat prête à confusion car son augmentation dépend du taux d’inflation, de la croissance du pouvoir d’achat — des ouvriers et des employés — variable d’une année à une autre. Photo ©lindagourjade.fr

 

 

Benoît Hamon ne finit pas de critiquer le bilan de l’exécutif, mercredi 14 décembre à Paris, lors de son premier meeting au gymnase Japy. Le candidat à la primaire de la Belle Alliance Populaire a déclaré, devant 2.500 personnes, que le SMIC « a plus augmenté sous le quinquennat de Sarkozy que celui de François Hollande ». Ce constat donné par l’ancien ministre de l’éducation est-il exact ?

 

Une revalorisation de salaire minimum est effectué chaque année par le gouvernement qui se base sur des critères objectifs comme : l’inflation et la progression du pouvoir d’achat. Depuis janvier 2016, il s’établit à 9,67 euros brut de l’heure, soit 1.466,62 euros bruts mensuels pour 35 heures de travail hebdomadaires. Lorsque que François Hollande a prit les commande de l’Élysée, en mai 2012, il s’affichait à 9,22 euros, soit une hausse de 4,9% en quatre ans et demi. Mais Nicolas Sarkozy a procédé à une augmentation beaucoup plus généreuse du SMIC. En effet, deux mois après son arrivée au pouvoir en juillet 2007, le SMIC horaire brut est passé de 8,27 à 8,44 euros. Une dernière augmentation a eu lieu comme traditionnellement en janvier 2012, à 9,22 euros, ce qui donne une augmentation de 11,5% sur l’ensemble de son quinquennat.

 

Augmentation plus généreuse ou simple illusion ?

Présenter les données de telles sortes peut donner l’illusion que l’ancien chef de l’état serait plus généreux que François Hollande. Sarkozy était tout de même fier, fin 2011, de n’avoir accordé aucun coup de pouce au SMIC depuis 2007. Mais le constat réside dans le calcul de cette augmentation qui dépend du taux d’inflation et de la croissance du pouvoir d’achat des ouvriers et employés. Autrement dit à chaque fois que l’inflation dépasse 2%, le SMIC est automatiquement rehaussé dans les mêmes proportions. Attention, cette règle change quand l’inflation est particulièrement atone ce qui est le cas depuis 2013, contrairement au quinquennat précédent. L’effet a engendré une double revalorisation du SMIC en 2008, 2011 et 2012. Résultat, les augmentations du salaire minimum sous la présidence de Nicolas Sarkozy, comme celle de François Hollande, résultent de contraintes extérieures à leur volonté.

 

Le gouvernement peut décider à tout moment de l’augmentation du SMIC

Benoît Hamon reproche le manque d’interventionnisme de François Hollande, car le gouvernement n’est pas contraint d’attendre la revalorisation annuelle pour donner un coup de pouce au SMIC. Il a également la possibilité de l’augmenter davantage que les seuls critères objectifs. En cohérence avec sa politique de l’offre et de baisse du coût du travail François Hollande ne l’a jamais envisagé. Le comité d’experts chargé qui se doit de faire au gouvernement des préconisations sur la hausse du SMIC n’a jamais soumis l’idée d’une quelconque augmentation. François Hollande assume quant à lui sa position et se contente de la revalorisation annuelle.

 

Mathilde Dandeu © PAM 2016

 

En savoir +

France Culture : Du SMIG au SMIC

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

NEWS

  • Minthé Interview Qui Suis-Je ?   «Une personne sur dix dans notre monde n’a pas accès à l’eau, le plus basique, le plus vital des besoins humains. Une privation que nous, Occidentaux, n’imaginons pas endurer plus de 12 heures consécutives.  Un fait, 663 millions de personnes sur cette planète manquent d’eau. C’est une réalité, une
    Surprise des yeux   Dans une baignoire ou par le biais de ses montages photographiques, l’ancien acteur de film d’horreur, Robert Gligorov, dévoile son monde intérieur, des images exprimant ses fantasmes de mutation.     L’art ne fait qu’imiter la nature   D’origine macédonienne, Robert Gligorov est le Docteur Frankenstein de l’art mutant. Lui aussi

POINT PRESSE

Politique

Economie

Média

L'interview

Money Planet

Les planches du mag

Chroniques de l'Eau