SOS médecins : l’interview « grève »

#grèvedesmédecins

 

SOS médecins a rejoint le 29 décembre, la grève des médecins généralistes. Dialogues avec Docteur Jöelle Martinaux, gestionnaire de l’association à Nice.

 

 

greve-medecin

 

SOS médecins réunit son bureau dans les jours à venir. L’attitude générale du corps médical sera décidée en fonction des positions de la ministre de la Santé, au regard de l’impact de la grève et des revendications qui divisent les syndicats français. Selon Marisol Touraine, le boycott médical actuel ne complique pas l’accès aux soins.

 

Depuis les fêtes de Noël, les cabinets des généralistes sont clos. Le corps médical proteste contre le projet de loi santé 2015, porté par Marisol Touraine, ministre de la Santé, examiné au printemps 2015 par le Parlement.

 

PAM: Le 29 décembre, SOS médecins a décidé de rejoindre le mouvement de grève, pour quelle(s) raison(s)? 

Docteur Jöelle Martinaux: Nous avons voulu mettre en situation le gouvernement compte tenu de ce qui est prévu par le projet de loi santé, proposé par la ministre Marisol Touraine. Dans un premier temps, il était important de témoigner de notre soutien envers les médecins généralistes. Nous sommes solidaires des conditions des médecins, mais aussi concernés par les mesures prévues par cette loi. Nos revendications sont claires, nous refusons d’appliquer le tiers payant systématique généralisé. C’est une aberration, notamment en termes de gestion administrative de modalités lourdes que nécessitera le tiers payant généralisé. Enfin, nous souhaitons une augmentation du tarif des consultations de 23€ à 25€.

PAM: La grève de SOS médecin, pendant les fête de fin d’année a engendré des conséquences, quelles sont-elles? 

Docteur Martinaux: De minuit à 8 heures du matin, il n’y avait pas de médecins urgentistes disponibles. Les appels ont été renvoyés au numéro 15. Le Samu a donc été submergé d’appels et était dans l’impossibilité de gérer le flux, trop important. Évidemment, des médecins ont été réquisitionnés pour assurer les principales urgences, notamment pour les enfants et les personnes âgées. La plupart des patients se sont donc rendus aux urgences. C’était un moyen de faire prendre conscience au gouvernement l’importance des médecins libéraux. Ce mouvement est un message fort. C’est aussi l’occasion de démontrer une reconnaissance de SOS médecin par le gouvernement.

 

Durant les fêtes, le délai d’attente pour l’intervention d’un médecin était de 14 heures en moyenne. Un seul médecin, avait 10 appels en attente.

 

PAM: Selon la ministre de la santé, par peur de devoir avancer les frais médicaux pour le compte du cabinet d’un médecin libéral, les français se dirigent vers les hôpitaux où le tiers payant est systématique. En le généralisant, cela permettrait de soulager les hôpitaux et de diriger les patients vers les cabinets médicaux. Qu’en pensez-vous? 

Docteur Martinaux: Il suffit de demander aux hôpitaux le taux d’impayés annuels qu’engendre le tiers payant. Il faut savoir que le médecin généraliste est payé à l’acte. C’est une profession libérale. Il n’est donc pas payé ni subventionné par l’État. Dès lors, il ne peut pas se permettre d’avoir des actes impayés. SOS médecin applique quasiment systématiquement le tiers payant sur la part de la sécurité sociale. Mais il est très compliqué à appliquer sur le volet mutuelle. Celles-ci ne remboursent pas systématiquement le médecin. Ce n’est pas automatique. C’est en cela que le tiers payant ne peut pas être généralisé.

PAM: Malgré la protestation nationale, Marisol Touraine semble camper sur ses positions. Si vos revendications ne sont pas entendues, comment prévoyez-vous d’agir par la suite?

Docteur Martinaux: Sos médecin réunit son bureau dans les jours à venir. On décidera des différentes modalités pour interroger Marisol Touraine quant à ses positions.

 

 

En savoir +

Accéder au reportage

Numéro spécial grève des médecins par People Act Magazine 

NEWS

  • Minthé Interview Qui Suis-Je ?   «Une personne sur dix dans notre monde n’a pas accès à l’eau, le plus basique, le plus vital des besoins humains. Une privation que nous, Occidentaux, n’imaginons pas endurer plus de 12 heures consécutives.  Un fait, 663 millions de personnes sur cette planète manquent d’eau. C’est une réalité, une
    Surprise des yeux   Dans une baignoire ou par le biais de ses montages photographiques, l’ancien acteur de film d’horreur, Robert Gligorov, dévoile son monde intérieur, des images exprimant ses fantasmes de mutation.     L’art ne fait qu’imiter la nature   D’origine macédonienne, Robert Gligorov est le Docteur Frankenstein de l’art mutant. Lui aussi

POINT PRESSE

Politique

Economie

Média

L'interview

Money Planet

Les planches du mag

Chroniques de l'Eau