Numéro spécial Food Art: Bon appétit

De l’art comestible ? Le Food Art s’en charge en utilisant des matériaux alimentaires depuis 1968 en Europe, sous l’impulsion du plasticien Daniel Spoerri. Un concept des plus insolites. L’artiste avait pris l’habitude de fixer la fin de ses repas sur un tableau communément appelé Tableau Piège.

 

Le Food Art développe la créativité, biscottes, bonbons ou dessins à base de ketchup… Un concept qui évolue avec son temps et se construit à partir d’aliments non consommés.

 

 

L’utilisation des aliments honore le repas et stimule un nouveau mode de vie, une nouvelle manière de manger avec plaisir, gourmandise et volupté.

 

Des œuvres à croquer…

 

Enfant, il était interdit de jouer avec la nourriture. Le Food Art prend donc un malin plaisir à enfreindre la règle, dévoilant des œuvres alléchantes, et surprenantes. Introduit dans les 60’s par Daniel Spoerri, père fondateur du mouvement Eat Art et son tableau-piège, le Food Art est synonyme d’un ravitaillement créatif. Le principe, créer des œuvres à base d’aliments sous différentes formes, peintures, sculptures, et photographies. Le Food Art propose d’offrir une nouvelle dimension à la nourriture aussi bien qu’au gaspillage.

 

 

Ce mouvement alimentait l’imaginaire des artistes lors d’une période ou le banal affamait les esprits créatifs. Le concept s’est développé, en quête de nouveautés visuelles et de fraicheur. De la soucoupe aux sculptures de taille humaine, le Food Art est présent sur tous les terrains de la création contemporaine, comblant ainsi une carence en Vitamine Art. Des galeries à l’assiette, ces travaux attirent la convoitise des plus jeunes, accros à la Junk Food, redonnant par ailleurs l’envie de préparer et de déguster des plats sains, délicieusement équilibrés.

 

De la nature morte à la matière vivante, la nature figée prend vie grâce aux idées

 

 

Une famine artistique a inspiré Daniel Spoerri

«Et d’ailleurs, l’art qu’est-ce que c’est ? C’est peut être une manière et une possibilité de vivre.» (Daniel Spoerri)

Daniel Isaak Feinstein dit Daniel Spoerri. © Parfumdelivres.niceboard

 

Daniel Isaak Feinstein dit Daniel Spoerri. Source photo © Parfumdelivres.niceboard

 

Daniel  Isaak Feinstein  alias Daniel Spoerri,  attiré par le monde artistique, débuta sur scène comme danseur et acteur, puis finit par agir en coulisses. Affamé de créativité, l’artiste entame la réalisation de peintures, notamment un tableau-piège, ticket d’entrée dans le mouvement réaliste fondé la même année. Ces travaux ont la particularité de figer les objets du quotidien pour en extraire l’essence vers une perception différente.

 

 

Le tableau-piège, une révélation pour Daniel Spoerri. Ce dernier décide d’ouvrir un restaurant éphémère à Düsseldorf devenu la Galerie Est Art. Ici, les artistes sont spectateurs… d’eux-mêmes. Ils réalisent leur propre Food Art à base de pain d’épice ou de sucre d’orge. Le restaurant connait à nouveau un franc succès grâce aux tableau-piège, en immortalisant les restes des repas. Les clients-spectateurs peuvent ainsi tester leur version du Eat Art.  Certaines créations se voient décerner un brevet de l’artiste, accompagné de la mention «en foi de quoi –pour que ceux qui ont des yeux voient- j’authentifie». Le Eat Art, plus communément appelé Food Art entame une marche intemporelle en alimentant l’imagination des subconscients.

 

 

© PAM 2014

 

Accéder à la deuxième partie du numéro spécial Food Art

Expo « Miam ! Vous allez déguster… » : la gourmandise n’est pas un vilain défaut…

 

Accéder à la troisième partie du numéro spécial Food Art

Focus sur Emily Blincoe

 

Accéder à la quatrième partie du numéro spécial Food Art 

Fat&Furious Burger (Paris): Interview sans tabou ni crise de foie

NEWS

  • Minthé Interview Qui Suis-Je ?   «Une personne sur dix dans notre monde n’a pas accès à l’eau, le plus basique, le plus vital des besoins humains. Une privation que nous, Occidentaux, n’imaginons pas endurer plus de 12 heures consécutives.  Un fait, 663 millions de personnes sur cette planète manquent d’eau. C’est une réalité, une
    Surprise des yeux   Dans une baignoire ou par le biais de ses montages photographiques, l’ancien acteur de film d’horreur, Robert Gligorov, dévoile son monde intérieur, des images exprimant ses fantasmes de mutation.     L’art ne fait qu’imiter la nature   D’origine macédonienne, Robert Gligorov est le Docteur Frankenstein de l’art mutant. Lui aussi

POINT PRESSE

Politique

Economie

Média

L'interview

Money Planet

Les planches du mag

Chroniques de l'Eau