Money Planet #11 Les chiffres du Fine Art

Les ventes aux enchères publiques, catégorie Fine Art (hors antiquités), décollent de +26% entre 2013 et 2014 pour afficher des résultats historiques sur un marché évalué à 15 milliards de dollars (13.5 milliards d’euros) en 2014, selon le 13ème rapport annuel publié le 3 mars par Artprice & AMMA (Art Market Monitor of Artron), leader international de la cotation du marché de l’art sur internet.

 

© BanksyBanksy obtient la 63e place au rang des 500 artistes les plus rentables de la planète avec 112 lots vendus pour un montant global des adjudications évalué à 3 573 098 euros en 2014. Image: Consumer Jesus © Banksy

 

La Chine reste le pays leader sur le marché de l’art avec des transactions évaluées à 5,66 milliards de dollars en 2014, malgré une chute de 5% entre 2013 et 2014. L’art contemporain séduirait-il moins l’Asie ?

 

La relance de la croissance américaine place les USA à la deuxième place des marchés prolifiques. Les ventes décollent de +41% soit 4.8 milliards de dollars en 2014. Avec une progression de +35%, le Royaume-Uni se place à troisième place du palmarès international en affichant un résultat de 2,8 milliards d’euros contre 496 millions pour l’Hexagone. En France, le marché a perdu 10% sur l’année 2013.

 

 

En 2014, 1679 enchères ont été réalisées pour un montant supérieur à un million d’euros ; 125 oeuvres ont été adjugées pour un montant supérieur à 10 millions de dollars contre 18 oeuvres en 2005.

 

Le rapport observe une stabilité des résultats concernant les chiffres autour des oeuvres vendues dans le monde au même titre qu’en 2013, soit 505 000 adjudications. Le taux des oeuvres invendues en Occident stagne depuis quatre ans à 37% et 54% en Chine. Sotheby’s (NY) officialise un taux de progression de +19% en comparaison avec l’année 2013 soit +6.1 milliards de dollars (5.4 milliards d’euros). Malgré ce résultat record, le  groupe de sociétés internationales de vente aux enchères d’œuvres d’art reste moins performant que concurrent anglais. À Londres, Christies, the world’s first fine art auctioneers, a règné en maître dans l’univers des adjudications pour l’année 2014 avec un résultat de 8,4 milliards de dollars et une progression des ventes, catégorie Fine Art, à hauteur de +12%.

 

Affiche - Basquiat - Sans titre (1981)
Jean-Michel Basquiat arrive en tête des 500 premiers artistes les plus vendus de l’art contemporain. Produit de vente: 162 277 646 euros. Photo: Basquiat – Sans titre (1981)

 

Six artistes urbains figurent au classement des 500 premiers artistes contemporains dans le monde. Il s’agit de Banksy (1974, GB), total des adjudications: 3573098€ ; Kaws (1974, US), 1 334 372 € ; Os Gêmeos (1974, BR), 521 565 € ; Seen (1961, US), 497 705 € ; Shepard Fairey (1970, US), 458 138 € ; JonOne (1963, US), 296 810 €.

 

 

À Paris (FR), Digard Auctions organisait la seconde vente de l’année à l’Hôtel Drouot devant une salle comble, dimanche 14 décembre. 137 lots (incluant les after sales) de sources éclectiques sur 189, catégorie Art contemporain urbain ont rapporté 950 498 euros pour un meilleur résultat qu’en juin 2014 (737 609 euros). La meilleure vente de cet événement concernait une oeuvre de Banksy adjugée 116 116 euros. Figuraient au catalogue des artistes anglais et américains moins représentés sur le marché français tels que Sage Vaughn, Connor Harrington, Date Farmers, Amanda Marie ou D’Face. Les résultats affichés à cette occasion se sont avérés inférieurs à la première vente qui s’était déroulée en 2013. L’effet nouveauté avait alors rapporté 2 203 650 euros à Digard Auctions.

 

Sur des thèmes similaires:

La rencontre de la semaine: Steph Cop, un artiste à l’état brut

Chine, Yue Minjun: mental et borderline

NEWS

  • Minthé Interview Qui Suis-Je ?   «Une personne sur dix dans notre monde n’a pas accès à l’eau, le plus basique, le plus vital des besoins humains. Une privation que nous, Occidentaux, n’imaginons pas endurer plus de 12 heures consécutives.  Un fait, 663 millions de personnes sur cette planète manquent d’eau. C’est une réalité, une
    Surprise des yeux   Dans une baignoire ou par le biais de ses montages photographiques, l’ancien acteur de film d’horreur, Robert Gligorov, dévoile son monde intérieur, des images exprimant ses fantasmes de mutation.     L’art ne fait qu’imiter la nature   D’origine macédonienne, Robert Gligorov est le Docteur Frankenstein de l’art mutant. Lui aussi

POINT PRESSE

Politique

Economie

Média

L'interview

Money Planet

Les planches du mag

Chroniques de l'Eau