Money Planet #15: Monde, les chiffres de la faim

Focus

Les États Membres de l’ONU se sont engagés à «réduire de moitié, d’ici à 2015, la proportion de la population qui souffre de la faim». Efforts déployés, si la famine régresse dans le monde, il reste encore «beaucoup à faire».

 

sous-alimentation-la-faim-dans-le-monde-recule0

 

1 personne sur 9 endure les affres la famine et de ses tourments, la majorité des personnes sous-alimentées vivent en Asie soit 511,7 millions d’individus. L’Afrique sub-saharienne, «accuse le niveau de sous-alimentation le plus élevé» de la planète avec 21 % soit une personne sur cinq environ touchée par le fléau, souligne la FAO.

 

«795 millions de personnes souffrent de la faim, soit 1 personne sur 9», selon les chiffres officiels publiés par l’ONU. Une grande majorité de ces victimes vivent pour la plupart dans des pays en développement, où «12,9% de la population est sous-alimentée».

 

«Jamais la violence, l’inégalité, l’exclusion, la famine, et donc l’oppression économique n’ont affecté autant d’êtres humains dans l’histoire de la terre et de l’humanité», écrit l’auteur indien, Altaf Tyrewala, en 2007, dans le roman Aucun dieu en vue, pour évoquer sa ville chérie, Bombay – aujourd’hui Mumbai. En Inde, 37 % de la population — soit environ 410 millions de personnes —, vit sous le seuil de pauvreté (selon le nouveau seuil de pauvreté officiel révisé). Le pays abrite ainsi un tiers des pauvres du monde entier d’après une étude de la Banque Mondiale.

 

Face à l’état d’urgence, les États Membres de l’ONU se sont universellement associés dans la lutte contre contre la faim sur deux terrains fondamentaux.

 

Premièrement, lors du Sommet mondial de l’alimentation (SMA) organisé à Rome, en 1996, «par lequel 182 gouvernements se sont engagés à éradiquer la faim dans tous les pays, avec pour objectif immédiat de réduire de moitié le nombre des personnes sous-alimentées d’ici 2015, au plus tard». Ensuite, sur l’étude d’une notion de «formulation» du premier objectif du Millénaire pour le développement (OMD 1), établi en 2000 par les membres, toujours dans l’optique de «réduire de moitié, d’ici à 2015, la proportion de la population qui souffre de la faim».

 

Degré de pénurie alimentaire: carte de la faim dans le monde © fao.org

Degré de pénurie alimentaire: carte de la faim dans le monde © fao.org

 

Régression de la faim

 

842 millions de personnes (12 % de la population mondiale) ont souffert de faim chronique au cours de la période 2011-2013 contre 868 millions en 2010-2012.

 

Le monde en développement comprend 66 millions d’enfants en âge d’aller à l’école s’y rendant le ventre vide — dont 23 millions en Afrique. La faim continue de reculer dans le monde mais l’Afrique reste la plus mal lotie avec une personne sur cinq sous-alimentée, a démontré le rapport sur l’état de l’insécurité alimentaire dans le monde, en 2015. La malnutrition provoque la mort de 3,1 millions d’enfants de moins de 5 ans chaque année, soit près de la moitié (45%) des causes de décès, selon l’ONU.

Pour le sociologue, marxiste, communiste, altermondialiste, Jean Ziegler, vice-président du comité consultatif du Conseil des droits de l’homme des Nations unies, rapporteur spécial auprès de l’ONU sur la question du droit à l’alimentation dans le monde (2000-2008), «l’agriculture mondiale peut aujourd’hui nourrir 12 milliards de personnes […]. Il n’existe donc à cet égard aucune fatalité. Un enfant qui meurt de faim est un enfant assassiné».

 

«Même si, globalement, des améliorations ont été obtenues, il reste encore beaucoup à faire pour éliminer la faim et instaurer la sécurité alimentaire dans toutes ses dimensions», témoigne le rapport sur l’état de l’insécurité alimentaire dans le monde 2015.

 

Les récentes avancées sont freinées par un ralentissement économique généralisé, «une croissance moins inclusive», et «l’instabilité politique dans certaines régions en développement, notamment en Afrique centrale et en Asie de l’Ouest» ajoutent de nombreux obstacles aux difficultés existantes. Le rapport préconise des solutions contemporaines pour y pallier efficacement.

 

L’élimination de la faim

 

«La croissance économique, l’augmentation de la productivité agricole, les marchés (notamment le commerce international) et la protection sociale», une liste de facteurs «en aucun cas exhaustive», constate le rapport sur l’état de l’insécurité alimentaire (…). «Les crises prolongées, dues à des conflits ou à des catastrophes naturelles, freinent (également) la marche vers l’élimination de la faim». Pendant la dernière décennie, l’Inde, par exemple, a enregistré une accélération de sa croissance économique et des progrès sur la plupart des objectifs du Millénaire pour le développement, effort confirmé par les observations de la Banque Mondiale.

Conscience adjugée, «progrès formidables», face au chaos, le vice-président du comité consultatif du Conseil des droits de l’homme des Nations unies, Jean Ziegler, se félicite d’une réactivité citoyenne mondiale, altruiste et dynamique. Une chaine globale de solidarité s’organise en réponse à l’état d’urgence alimentaire planétaire, a-t-il confirmé, saluant le courage et les multiples initiatives des collectifs en lutte contre les inégalités.

 

«Nous portons l’infini en nous, cette richesse incroyable.» (Jean Ziegler, 2015)

 

La priorité d’une légitimité universelle au droit à l’alimentation ne constitue pas, au regard de l’expert, une utopie mais un objectif décent, «réalisable», par le biais d’une solidarité universelle, concrètement indispensable. Ce dernier suggère, parmi d’autres équations, la création d’une organisation mondiale citoyenne d’action contre la faim «tournée vers les besoins humains» à l’inverse d’«une justice répressive».

 

 

Depuis fort longtemps, Jean Ziegler a choisi son camp, la pensée critique, «l’œuvre de toute une vie», en portant les couleurs d’un message, paradoxalement préhistorique et très actuel, fédérateur, ambitieux, sans conteste inspiré et courageux, plutôt vendeur. Le message du «bonheur et du bien-être pour tous». En tant que sociologue, il conseille cette année à certains États de même qu’à une partie de la société civile contemporaine, «de ne pas se glorifier», dans un futur proche, «d’emprunter la voie de la provocation».

Le programme Alimentaire Mondial (ONU) enfonce le clou en affirmant que si les agricultrices avaient le même accès aux ressources que les hommes, le nombre de personnes souffrant de la faim dans le monde pourrait diminuer de 150 millions. Consommer peu, consommer juste et équitable, pour gâcher moins, nouvelle utopie occidentale ?

Marion Caviera

 

la-faim-dans-le-monde-regresse-la-faim-dans-le-monde-regresse

Carte de régression de la faim dans le monde, 2015. Source: estrepublicain.fr

 


 

En savoir +

Numéro spécial Expo Universelle Milano 2015

L’Exposition Universelle Milano 2015, participative, unique et novatrice, s’oriente autour d’un thème fondamental de la société contemporaine: Nourrir la Planète, Energie pour la Vie, du 1er Mai au 31 octobre 2015. La manifestation se pare d’un nouveau concept thématique durable, technologique, centré en partie sur l’intérêt du visiteur lors de 184 journées éclectiques. Lire

 

Sur le même thème :

Exposition Universelle Milano 2015 : Planète, état d’urgence

NEWS

  • Rencontre avec Max Papeschi (Milan), auteur, réalisateur et artiste graphique engagé, la quarantaine flamboyante, le temps d’une interview dynamite. Voyage cynique au cœur d’«un cauchemar collectif» dans l’air du temps. Destination «Planète Papeschi», âmes sensibles s’abstenir. Par Marion Calviera   Punch liner n°1   Un saut vers l’inconnu Après avoir travaillé en tant qu’auteur et
    L’artiste polyvalente australienne Justine Khamara est une magicienne. Diplômée du Victorian College of the Arts, à Melbourne, en 2003 — avec les honneurs de ses professeurs —, son univers oscille entre photographie, sculpture et architecture visuelle, pour une griffe immédiatement reconnaissable.     Maître en l’art de la distorsion, de la destructuration, le talent de

POINT PRESSE

Politique

Economie

Média

L'interview

Money Planet

Les planches du mag

Chroniques de l'Eau