Money Planet #14: Chine, alerte à la crise

La Chine frôle la crise, la bourse de Shanghai dévisse, lundi 27 juillet, de 8,5 % sur une séance, la plus forte chute enregistrée en huit ans.

 

En trois semaines, le 4 juillet, le marché perdait 30% de sa valeur après une dynamique à la hausse jugée, cette année, «surréaliste» par les économistes et les experts.

 

Photo © fr.sputniknews.com

Malgré les tentatives du gouvernement chinois d’enrayer «une dévaluation anxiogène», la deuxième économie mondiale est aujourd’hui menacée d’une grave crise qui pourrait se répercuter à l’échelle globale. Photo © fr.sputniknews.com

 

En 2015, la deuxième économie de la planète démontre ses limites, lundi 27 juillet. «L’indice composite de la Bourse de Shanghai a terminé la séance en chute de 8,48%. L’indice de la bourse de Shenzhen a quant à lui terminé en baisse de 7%. Le CSI 300, regroupant les 300 plus grandes valeurs de Shenzhen, a quant à lui perdu 8,55%. L’indice de la bourse de Shanghai n’avait pas connu une telle baisse journalière depuis environ huit ans», selon Boursorama.

 

Les investisseurs luttent depuis des semaines mais depuis vendredi, un nouveau palier d’alerte a été franchi. «Après plusieurs séances de retour au calme, le marché chinois s’est nettement emballé à la baisse lundi». Les marchés chinois et européens ont terminé la séance dans «le rouge vif». Depuis la fin du mois de juin, la banque centrale lutte contre un ralentissement économique en ramenant ses principaux taux d’intérêt de 25 points de base (4.85%), tout en réduisant les ratios de réserves obligatoires pour certaines banques, en raison d’une économie «maussade» a rappelé, le 26 juillet, une source La Tribune.

Experts et économistes s’accordent sur l’impact éventuel de cette crise sur l’économie réelle, malgré une politique monétaire d’injection massive de la banque centrale chinoise (PBOC), à hauteur 7.5 milliards d’euros. Côté presse internationale, The Economist pointe aujourd’hui du doigt une culture financière risquée avec l’arrivée d’une nouvelle génération de traders (-30 ans) ambitieuse, intrépide, mais surtout «inexpérimentée», un véritable «basculement des générations».

 

En Chine, 8 millions de titulaires boursiers, nés après 1980, fonctionnent sur la méthode de l’appel de marge en choisissant d’hypothéquer leurs biens personnels contre des titres. Cette pratique permet aux investisseurs d’emprunter auprès de leurs courtiers pour développer la puissance financière des investissements. Ainsi, l’indice de Shanghai a observé un décollage à +150%, entre 2014 et 2015.

 

Dans une interview accordée au Monde, le 10 juillet, Jean-Francois Huchet, économiste et professeur à l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco), expert de la Chine, a également évoqué cette tendance, en justifiant les tensions traversées à la bourse par un mélange de manque de maturité du marché financier et de solidité de la réglementation des marchés, de même que la «volonté du gouvernement de contrecarrer les effets du ralentissement de la croissance.»

 

Dynamiser l’emprunt et stabiliser la croissance

 

Une opportunité pour la Chine de constater les faiblesses de son économie pour ensuite simplifier, fluidifier, donc faciliter les traitements des établissements bancaires en continuant, par ailleurs, de ramener le taux d’intérêt vers des montants inférieurs. Objectif, dynamiser l’emprunt et stabiliser la croissance. La PBOC a confirmé qu’elle continuera «d’appliquer une politique monétaire prudente en utilisant des instruments variés pour renforcer et améliorer la gestion macro-prudentielle, optimiser la conjugaison des outils de politique monétaires et créer un environnement neutre et approprié susceptible de favoriser les ajustements économiques».

 

Il s’agit de la deuxième baisse cette année, après la diminution du ratio de solvabilité bancaire de toutes les banques commerciales — de «100 points de base» — le 19 avril dernier, et d’une précédente baisse, survenue en février, de «50 points de base».

 

Pour souligner l’importance de l’alerte, le magazine économique chinois Caixin a révélé les bases d’une réunion confidentielle, entre les régulateurs boursiers et les grands acteurs du marché de Shanghai, convoqués de toute urgence. Un virement de 120 milliards de yuans (€ 17.8 milliards) en provenance des comptes bancaires des grandes corporations financières actives en bourse aurait eu lieu, selon Le Monde, le 6 juillet dernier. Il s’agirait d’un ordre des autorités financières en vue de stabiliser les cours de Shanghai et Shenzhen. Le montant de cette collecte globale aurait été transféré vers l’organisme China Securities Finance Corporation (CSF), destiné à réinvestir dans les valeurs mobilières chinoises en difficulté.

 

NEWS

  • Minthé Interview Qui Suis-Je ?   «Une personne sur dix dans notre monde n’a pas accès à l’eau, le plus basique, le plus vital des besoins humains. Une privation que nous, Occidentaux, n’imaginons pas endurer plus de 12 heures consécutives.  Un fait, 663 millions de personnes sur cette planète manquent d’eau. C’est une réalité, une
    Surprise des yeux   Dans une baignoire ou par le biais de ses montages photographiques, l’ancien acteur de film d’horreur, Robert Gligorov, dévoile son monde intérieur, des images exprimant ses fantasmes de mutation.     L’art ne fait qu’imiter la nature   D’origine macédonienne, Robert Gligorov est le Docteur Frankenstein de l’art mutant. Lui aussi

POINT PRESSE

Politique

Economie

Média

L'interview

Money Planet

Les planches du mag

Chroniques de l'Eau