Les Républicains: cap sur la primaire 2016

Thierry Solère, député de Boulogne-Billancourt, président du groupe Les Républicains au Conseil Régional Ile-de-France et du comité d’organisation de la primaire 2016, a présenté la base d’une situation politique inédite à droite, samedi 30 janvier, dans l’émission « On n’est pas couché » sur France 2.

 

Photo © radiovl.fr

Le scrutin se déroulera le dimanche 20 novembre 2016, puis, si nécessaire, un second tour aura lieu le 27 novembre. Photo © radiovl.fr

 

Thierry Solère est revenu sur l’organisation de la primaire 2016, ouverte au centre, qui désignera le prochain candidat de l’opposition en lice vers l’élection présidentielle 2017. La date limite pour le dépôt des candidatures est, pour l’heure, fixée au 9 septembre 2016. La liste définitive des candidats devrait être dévoilée à l’occasion de la date officielle du lancement de la campagne, le 21 septembre prochain.

 

Chargé de la parité de l’élection, le député de Boulogne-Billancourt, proche de Bruno Le Maire, a évoqué la présence d’une autorité supérieure de contrôle afin d’assurer une certaine équité au cours d’une situation inédite. « On se rassemblera tous derrière le candidat vainqueur à cette primaire », a-t-il assuré.

 

Nicolas Sarkozy, ancien président de la République ; Alain Juppé, ex Premier ministre ; François Fillon, ex Premier ministre ; Nadine Morano, ex-ministre et députée européenne ; Hervé Mariton, député de l’Eure ; Frédéric Lefebvre, député LR des Français de l’étranger ; Jean-Frédéric Poisson, président du Parti chrétien démocrate ; Bruno Le Maire, député de l’Eure ; Nathalie Kosciusko-Morizet, ex vice-présidente des Républicains ou encore Hassen Hammou, jeune militant associatif des quartiers nord de Marseille ayant questionné François Hollande lors d’une émission TV, les candidats potentiels à la primaire devront obtenir un parrainage d’au moins 2.500 adhérents et 250 signatures d’élus dont 20 parlementaires, répartis sur un minimum de 30 départements. Le vote se déroulera par bulletins papier, sans procuration, dans 10.000 bureaux en France. Les électeurs devront être inscrits sur les listes électorales puis signer «une charte de l’alternance» déclarant ainsi sur l’honneur « partager les valeurs de la droite républicaine et du centre, un engagement pour l’alternance afin de réussir le redressement de la France ». Le prix de la participation citoyenne est actuellement fixé à 2 euros par tour, « ce qui devrait assurer un bénéfice non négligeable à l’ex-UMP, qui accusait à mars 2015 une dette de 69,3 millions d’euros », soulignait Les Échos, le 21 décembre dernier.

 

Une dimension collective comprenant des prises de libertés individuelles

 

« Il y a plus de clivages idéologiques à gauche qu’il n’y en a droite », a souligné Thierry Solère. « La prise de conscience des dirigeants ne doit plus représenter que des mots, elle doit aussi se traduire en actes pour un enjeu de fond ». Ainsi, l’idée que des partenaires opérationnels adhèrent à un programme présidentiel commun, autrement dit, sans dissonance majeure entre les partis représentés, ne signifie pas pour autant l’absence d’une dynamique politique plus réaliste, plus consciente, plus avertie. Le fait que chaque parti, muni de ses spécificités, accepte le principe d’un programme proposé par le futur candidat élu via la primaire ne devrait rien enlever à la teneur du débat de fond. Non axé sur une dispute ou une confrontation purement idéologique mais plutôt teinté, selon la vision de Thierry Solère, d’actions plus fermes et structurées que le gouvernement actuel. À droite, on appréhende l’expérience de l’exercice du pouvoir sous la Ve République et l’absence de divergence autour du futur candidat à la présidentielle comme des valeurs destinées à forger une cohérence contemporaine de l’État, du discours à l’acte, pour procéder aux réformes indispensables au redressement du pays dans le cadre d’une éventuelle victoire de l’opposition, en 2017.

 

Choix d’une personnalité, d’une méthode, d’une conviction

 

Prise de conscience globale des dirigeants, réformer sans tarder pour amorcer le retour d’un « leadership commun européen », pour Thierry Solère, l’enjeu de la politique consiste à trouver des solutions. « Si l’Europe ne fonctionne pas aujourd’hui, il faut la réparer, des moyens considérables doivent être alloués », a-t-il déclaré. « Appliquer la règle de droit » pour commencer à enrayer le problème des migrants, réviser puis renforcer les accords de Schengen, la loi française, a rappelé Thierry Solère, n’autorise pas les réfugiés économiques à rester indéfiniment sur le territoire car « le pays ne peut économiquement pas se le permettre ». Pour le député de Boulogne-Billancourt, « l’État doit maintenant faire appliquer la loi. Pour que la France redémarre, le gouvernement connait la recette mais rien ne s’applique correctement ». Ce dernier a encouragé les socialistes à redoubler « d’efforts » concernant le contrôle des flux migratoires massifs liés aux difficultés économiques et militaires des pays comptant parmi les plus défavorisés, notamment d’Afrique et du Moyen-Orient. Flux dangereux pour l’équilibre budgétaire et social de la Nation.

 

« Il faut un peu de courage en politique… »

 

Pour appliquer la loi sur l’immigration aux frontières de l’Hexagone ou encore relancer l’emploi en libéralisant, par exemple, les VTC soit près de 70 000 emplois (re)créés: « les VTC apportent un service attendu par la population. Les chauffeurs se ressemblent socialement, ils sont jeunes, issus de quartiers défavorisés, ils parviennent à s’en sortir en gagnant 2500 euros à 3000 euros par mois grâce à ce système. Il faudra trouver un fond d’indemnisation des taxis pour compenser. Ensuite, on pourrait envisager par permission du Conseil constitutionnel, une cohabitation paritaire entre taxis et VTC (…). Mais le comportement des taxis cette semaine est inacceptable ». Une violente insurrection contre laquelle le président du comité d’organisation de la primaire 2016 est désormais en attente de la « plus grande sévérité de la part du gouvernement ».

 

Marion Calviera
© PAM 2016

 


 

Sur le même thème:

Présidentielle 2017 : France, « un contexte extraordinaire »

L’invité politique : Benoist Apparu

Alain Juppé: « Je ne veux pas d’une France xénophobe »

 

NEWS

  • Minthé Interview Qui Suis-Je ?   «Une personne sur dix dans notre monde n’a pas accès à l’eau, le plus basique, le plus vital des besoins humains. Une privation que nous, Occidentaux, n’imaginons pas endurer plus de 12 heures consécutives.  Un fait, 663 millions de personnes sur cette planète manquent d’eau. C’est une réalité, une
    Surprise des yeux   Dans une baignoire ou par le biais de ses montages photographiques, l’ancien acteur de film d’horreur, Robert Gligorov, dévoile son monde intérieur, des images exprimant ses fantasmes de mutation.     L’art ne fait qu’imiter la nature   D’origine macédonienne, Robert Gligorov est le Docteur Frankenstein de l’art mutant. Lui aussi

POINT PRESSE

Politique

Economie

Média

L'interview

Money Planet

Les planches du mag

Chroniques de l'Eau