Dickens et autres friandises…

Dans le livre «Dickens, barbe à papa et autres nourritures délectables», Philippe Delerm, auteur de divers recueils de nouvelles dont le bestseller «La Première Gorgée de bière», nous transporte dans «une nouvelle ronde de petits riens».

 

«Dickens, barbe à papa et autres nourritures délectables» présente une série de textes très courts (2-3 pages) où Philippe Delerm expose tous ces petits riens, nourriture et littérature, par exemple, sources créatrices complémentaires s’unissant à merveille.

 

« Merci pour la purée, pour Alain de Botton, pour le vin chaud, pour Léautaud, pour les Mustang de don Pedro (…) » (Philippe Delerm) – Photo: Barton G’s – création du Chef Luis Vasquez © Pinterest 2015

 

Nouvelle ronde de petits riens…

 «Merci pour la purée, pour Alain de Botton, pour le vin chaud, pour Léautaud, pour les Mustang de don Pedro, pour Flaubert et la menthe à l’eau, pour la pizza des pas perdus, les nuits anglaises de Dickens et les secrets du mousseux tiède. Bien sûr que l’on dévore encore. Comment se souvenir sinon d’avoir pu dévorer?»

Philippe Delerm nous transporte dans une «nouvelle ronde de petits riens» vers des nourritures délectables, matérielles – nourriture («purée vivante», «un luxe suisse» avec le chocolat Milka, «la barbe à papa», «vin chaud», et autres délices d’une gourmandise reliée au plaisir spirituel. Il nous invite à la (re)découverte de grands auteurs de la littérature et disserte sur la lecture et l’écriture dans ses rapports à la nourriture: c’est ainsi qu’il rend hommage à Sempé, Hergé ou Dickens s’interrogeant en premier lieu thème «la lecture et l’anorexie», puis «l’écriture et l’anorexie».

 

 En savoir +

«Dickens, barbe à papa et autres nourritures délectables»

© Editions L'Arpenteur

Philippe Delerm, « Dickens, barbe à papa et autres nourritures délectables ». Collection L’Arpenteur, Gallimard. Parution: 05-05-2005. Prix: 10€05

© PAM 2015

NEWS

  • Minthé Interview Qui Suis-Je ?   «Une personne sur dix dans notre monde n’a pas accès à l’eau, le plus basique, le plus vital des besoins humains. Une privation que nous, Occidentaux, n’imaginons pas endurer plus de 12 heures consécutives.  Un fait, 663 millions de personnes sur cette planète manquent d’eau. C’est une réalité, une
    Surprise des yeux   Dans une baignoire ou par le biais de ses montages photographiques, l’ancien acteur de film d’horreur, Robert Gligorov, dévoile son monde intérieur, des images exprimant ses fantasmes de mutation.     L’art ne fait qu’imiter la nature   D’origine macédonienne, Robert Gligorov est le Docteur Frankenstein de l’art mutant. Lui aussi

POINT PRESSE

Politique

Economie

Média

L'interview

Money Planet

Les planches du mag

Chroniques de l'Eau