Les 10 photos de la semaine : Provoke

Provoke, magazine alternatif éphémère créé en 1969 par le fondateur-théoricien, Takuma Nakahira, entouré de jeunes activistes Japonais.

 

Provoke Magazine (Japon) - Source photo © The Gardian

Provoke Magazine : numéros un, deux et trois. Source © The Gardian

 

#Flashback

 

Provoke, au sens large, révèle un courant développé par la jeune génération de photographes nippons (60s et 70s), incluant au collectif détonant, la participation d’artistes ne figurant pas aux publications des trois numéros. L’œuvre « éphémère mais légendaire » comporte 1,000 tirages.

En 2001, Steidl publia Japanese Box, en vue de proposer des rééditions du magazine estimées à $2,000. Dernièrement, flickr tribute group a collecté 4000 images d’inspiration Provoke. Des photographies réalisées dans tous les pays du Monde par des photographes internationaux n’ayant pas eu connaissance, au préalable, de l’existence du magazine-éclair dans l’univers de la photographie urbaine.


 

 

Les images suggérées dans Provoke dévoilèrent l’aspect caché de la société japonaise en imposant avec conviction une révolution de l’expression à la racine du underground nippon. Une formule inédite et freaky, définitivement surprenante aux yeux de la planète — autrefois habituée aux standards culturels japonais classiques, images lisses, structurées, associées à une vision traditionnelle voire touristique du peuple. Certaines photos sont issues de la réédition de l’ouvrage For a language to come (1970) publié chez Osiris.

 

Marion Calviera

© PAM 2016

 


 

Sur le même thème :

Les 10 photos de la semaine : People in Japan

Enregistrer

NEWS

  • Minthé Interview Qui Suis-Je ?   «Une personne sur dix dans notre monde n’a pas accès à l’eau, le plus basique, le plus vital des besoins humains. Une privation que nous, Occidentaux, n’imaginons pas endurer plus de 12 heures consécutives.  Un fait, 663 millions de personnes sur cette planète manquent d’eau. C’est une réalité, une
    Surprise des yeux   Dans une baignoire ou par le biais de ses montages photographiques, l’ancien acteur de film d’horreur, Robert Gligorov, dévoile son monde intérieur, des images exprimant ses fantasmes de mutation.     L’art ne fait qu’imiter la nature   D’origine macédonienne, Robert Gligorov est le Docteur Frankenstein de l’art mutant. Lui aussi

POINT PRESSE

Politique

Economie

Média

L'interview

Money Planet

Les planches du mag

Chroniques de l'Eau