Nasa: Kepler découvre 1284 exoplanètes

La NASA a confirmé, mardi 10 mai, à 19 heures (Paris), la découverte de 1284 nouvelles exoplanètes — planètes en dehors du système solaire — grâce à l’étude du télescope Kepler. Depuis 2009, ce télescope observe «en permanence la lumière des étoiles lointaines», en quête de planètes éventuelles en orbite autour d’elles.

 

 

Côté Nasa, «l’annonce fait plus que doubler le nombre de ces planètes découvertes en dehors de notre système solaire par Kepler», a déclaré Ellen Stofan, responsable scientifique de l’agence spatiale américaine. «Ceci nous donne l’espoir que, quelque part autour d’une étoile similaire à notre soleil, nous finirons par découvrir une planète soeur de la Terre». Selon les commentaires plutôt réjouissants de l’agence spatiale américaine, il s’agit d’une Première soit la plus importante découverte d’exoplanètes «en une seule analyse».

Durant sa mission initiale programmée, à l’origine pour trois ans, la recherche de Kepler a permis de localiser 1041 exoplanètes révélées, a rappelé une source Sciences et Avenir. Selon le témoignage de Paul Hertz, astrophysicien/Nasa: «Grâce à Kepler et à la communauté des chercheurs, nous savons maintenant qu’il pourrait y avoir plus de planètes que d’étoiles».

 

«Imaginez que les candidats planètes sont comme des miettes de pain»

 

«Imaginez que les candidats planètes sont comme des miettes de pain», a expliqué Timothy Morton, co-auteur d’un article publié dans The Astrophysical Journal. Si vous laissez tomber quelques grosses miettes sur le sol, vous pouvez les ramasser une par une. Mais en revanche, si vous renversez tout un sac de miettes, vous allez avoir besoin d’un balais. Cet outil statistique est notre balais», a précisé le scientifique, à l’occasion de la diffusion d’un communiqué.

«En juillet 2015, la Nasa avait annoncé avoir découvert une exoplanète très similaire à la Terre, tant par sa taille  — à peine 1,6 fois plus grande — que par sa distance à son étoile autour de laquelle elle orbite en 384 jours. Baptisée Kepler-452b, cette exoplanète est de plus située dans la zone d’habitabilité autour de son étoile et en reçoit à peu près autant d’énergie que nous n’en recevons du soleil», a par ailleurs rappelé le magazine Sciences et Avenir sur son site.

 

«Cette annonce fait plus que doubler le nombre de ces planètes découvertes en dehors de notre système solaire par Kepler.» (Ellen Stofan/Nasa). Image: Source graphique © NASA (10/05/2016).

 

Sur le même thème:
Meteorite Hunter: métaphore fantastique

 

Enregistrer

NEWS

  • Rencontre avec Max Papeschi (Milan), auteur, réalisateur et artiste graphique engagé, la quarantaine flamboyante, le temps d’une interview dynamite. Voyage cynique au cœur d’«un cauchemar collectif» dans l’air du temps. Destination «Planète Papeschi», âmes sensibles s’abstenir. Par Marion Calviera   Punch liner n°1   Un saut vers l’inconnu Après avoir travaillé en tant qu’auteur et
    L’artiste polyvalente australienne Justine Khamara est une magicienne. Diplômée du Victorian College of the Arts, à Melbourne, en 2003 — avec les honneurs de ses professeurs —, son univers oscille entre photographie, sculpture et architecture visuelle, pour une griffe immédiatement reconnaissable.     Maître en l’art de la distorsion, de la destructuration, le talent de

POINT PRESSE

Politique

Economie

Média

L'interview

Money Planet

Les planches du mag

Chroniques de l'Eau