Jupiter : La planète sacrée des « êtres bienheureux »

Printemps 2017, le discours scientifique concernant le profil de Jupiter contient toujours un certain « étonnement », car la planète 1300 fois plus grosse que la Terre réserve encore de nombreuses surprises aux astrophysiciens. Par Marion Calviera

 

Photo © Futura-Sciences

 

En 1858, la Société Parisienne des Études Spirites voit le jour, de même que la publication du premier numéro de La Revue Spirite, deux institutions fondées par le philosophe Français, Allan Kardec, parallèlement au succès de son premier ouvrage, le Livre des Esprits. « Sur l’encouragement de ses guides spirituels », déclara ce dernier. La création de cette revue indiquait « des points cruciaux » dans la carrière à venir du spirite. « Désormais, il existe un lien entre le Maitre (Allan Kardec) et ses disciples ; un trait d’union entre tout ceux qui vont, peu à peu, composer la grande famille spirite en France ». Le premier numéro spécial fut intitulé Introduction. Allan Kardec y suggère un état des lieux de la presse spiritualiste (Mindfull Press) dans le Monde soit « dix-sept journaux aux États-Unis dont un en langue française, à la Nouvelle Orléans. En Europe, un seul : Le journal de l’Âme qui parait à Genève ».

 

Ce fut également la période d’un vif engouement pour Victorien Sardou (1851-1908), auteur dramatique français, « connu pour ses eaux-fortes médiumniques ». Ce dernier introduisit la notion d’échange avec l’au-delà au coeur de la société parisienne, avant qu’Allan Kardec n’installe le concept. Il fut par ailleurs un « médium dessinateur » notoire ne possédant aucun talent d’illustration particulier, hors connexion avec les Esprits. Fasciné par la famille Fox et les phénomènes des tables tournantes observés dans la demeure du docteur américain, il fait participer l’impératrice Eugénie à des expériences de manifestation d’esprits, « avant qu’Allan Kardec ne définisse le spiritisme ». Victorien Sardou prétendait être inspiré et guidé par les habitants de la planète Jupiter où, déclarait-il, « la durée de vie est beaucoup plus grande que sur la Terre ; la moyenne équivaut environ à cinq de nos siècles ». Ces êtres bienfaisants, d’après le médium, se plaisent à communiquer des informations interdimensionnelles aux humains « afin de nous inspirer l’amour du bien, et l’espoir d’y aller un jour ».

En août 1858, une illustration signée Victorien Sardou est publiée dans la Revue Spirite. Elle représente, d’après son auteur, « la maison de Mozart sur Jupiter ». Planète sur laquelle « la température est douce, modérée, toujours égale (…), invariable selon les latitudes, entourée d’une sorte d’aura spirituelle en rapport avec l’essence des ses habitants. La grossière lumière de notre Soleil n’est pas faite pour eux (…), les hommes ne sont pas les mêmes (…), l’eau est éthérée (…). Aucun volcan, la nature n’a eu ses grandes crises ; c’est le séjour des bienheureux ». Sur Jupiter, on s’alimente grâce aux émanations ambiantes. Des êtres « heureux » dont « la principale occupation est d’encourager les esprits des mondes inférieurs à persévérer sur la bonne voie ».

 

« Les Babyloniens utilisaient déjà la géométrie pour suivre Jupiter, 1400 ans avant les Européens » © Gentside Découverte

 

Printemps 2017, le discours scientifique concernant le profil de Jupiter contient également un certain « étonnement », car la planète 1300 fois plus grosse que la Terre, réserve encore de nombreuses surprises aux astrophysiciens : « Jupiter est une planète géante gazeuse. Il s’agit de la plus grosse planète du Système solaire, plus volumineuse et massive que toutes les autres planètes réunies, et la cinquième planète par sa distance au Soleil ». Les images et données inédites rapportées par le satellite Juno, envoyé en 2011 — dont la mission consiste à étudier l’atmosphère et les champs magnétiques — peu à peu, confortent l’idée de phénomènes sur Jupiter jamais observés par la Nasa. Cette année, ses pôles ont été photographiés pour la première fois.

En 2002, les astronomes recensaient 39 satellites en orbite autour de la planète Jupiter. Entre 2002 et 2003, 46 lunes ont été dénombrées. En 2017, la science élève à 69 le nombre de satellites découverts en orbite. Les experts expliquent ce nombre par l’importance de la masse de la planète. La création des satellites pourrait avoir été réalisée à l’extérieur du système solaire, ils auraient ensuite été « capturés par l’orbite de Jupiter, en passant près d’elle ». Pour l’heure, une information au sujet de cet astre semble primordiale : « Jupiter joue un rôle essentiel dans la défense de notre planète. Sa taille monumentale permet d’attirer les astéroïdes qui pourraient menacer la Terre », explique un reportage scientifique diffusé le 12 juin dernier. MC

 

CREDITS : Extrait de l’enquête À la folie : Enquête sur les phénomènes hallucinatoires de la réalité ordinaire © Marion Calviera – Tous droits réservés sous peine de poursuites judiciaires.

© PAM 2017

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

NEWS

  • Minthé Interview Qui Suis-Je ?   «Une personne sur dix dans notre monde n’a pas accès à l’eau, le plus basique, le plus vital des besoins humains. Une privation que nous, Occidentaux, n’imaginons pas endurer plus de 12 heures consécutives.  Un fait, 663 millions de personnes sur cette planète manquent d’eau. C’est une réalité, une
    Surprise des yeux   Dans une baignoire ou par le biais de ses montages photographiques, l’ancien acteur de film d’horreur, Robert Gligorov, dévoile son monde intérieur, des images exprimant ses fantasmes de mutation.     L’art ne fait qu’imiter la nature   D’origine macédonienne, Robert Gligorov est le Docteur Frankenstein de l’art mutant. Lui aussi

POINT PRESSE

Politique

Economie

Média

L'interview

Money Planet

Les planches du mag

Chroniques de l'Eau