Julie de Waroquier: Travail onirique et profond

 

Focus sur un travail onirique, profond, composant la double vie d’une photographe lyonnaise, artiste autodidacte et professeur de philo, Julie de Waroquier, finaliste de la Bourse du Talent (2014) ou encore du Prix Picto (2013).

 

The weight of time - Rêvalités ©

« The weight of time », Rêvalités © Julie de Waroquier

 

Julie de Waroquier a présenté son travail le temps d’une exposition collective, L’art du songe, où plus de 150 œuvres étaient à découvrir en juin dernier, au Château de Lavardens (32). La photographe a également réalisé le dossier Jouez avec la lumière (34 pages) dans un numéro de Compétence Photo, à la même période, pour dévoiler de nombreuses astuces et conseils photographiques.

 

Répérée dès ses débuts dans la photographie, en 2008, Julie de Waroquier remporte dès lors de nombreux prix nationaux et internationaux. En 2010, elle est désignée pour la première fois lauréate de la Correspondance Visuelle (Compétence Photo). En 2012, elle remporte l’International Emerging Artist Award. L’artiste séduit immédiatement par son univers habité à la griffe féminine, une image surréaliste aussi poétiquement pensée que structurée, sans limitation technique à une créativité unique, en tant qu’aboutissement d’une vision définitivement matérialisée. Les interrogations de Julie de Waroquier s’exportent régulièrement autour du globe via une multitude de manifestations artistiques. Ses photographies ont par ailleurs été présentées aux Rencontres d’Arles. «La photo est devenue la moitié de ma vie», confiait-elle en 2013 dans une interview accordée au magazine MadmoiZelle.

 

«Une invitation à explorer un univers oscillant entre rêve et réalité, une promenade entre deux mondes, une rêverie sous la surface du réel.» (Julie de Waroquier)

 

 

Fin 2012, Julie de Waroquier publie Rêvalités aux éditions KnowWare, un ouvrage contenant près de cinq années d’images créées par la photographe. Deux années plus tard, en 2014, le livre est adapté dans le cadre d’un court-métrage en collaboration avec le réalisateur ovni, Damien Steck, passionné d’image graphique et de design visuel, empreint d’esthétisme. «Près de 15 photographies sont de la sorte reproduites, et enrichies par le regard de Damien. Le court-métrage est finalement une invitation à explorer un univers oscillant entre rêve et réalité, une promenade entre deux mondes, une rêverie sous la surface du réel», explique Julie de Waroquier.

 «Entre rêve et réalité, je crée des images échappées de l’imagination, afin qu’elles dérangent les catégories du monde concret. Pour mieux retourner dans notre monde cependant, l’œil nourri de visions inhabituelles et pourtant familières. Ainsi j’essaie de sonder l’inconscient dans ce qu’il a de plus poétique, et d’une certaine manière collectif: chaque photo s’appuie sur des codes visuels et symboliques traditionnels pour exprimer des émotions universelles. Je m’intéresse surtout à la connexion entre monde objectif extérieur et réalité subjective intérieure ; entre perceptions privées et publiques, notre monde ne cesse d’être réinventé.»

 

En savoir +

Distinctions

2014 – Finaliste Bourse du Talent #59

2013 – Finaliste Prix Picto

2013 – Grand Prix de Découverte International Fine Art Photography Award: Grand Prix Juror Award of Merit

2013 – Lauréate « Mode et beauté » des Photographies de l’Année

2013 – Lauréate du concours Autoportrait par le Prix de la Photographie (Paris)

2013 – Prix Arte Laguna, sélectionnée dans la catégorie « Moins de 25 ans »

2012 – Lauréate du prix SFR Jeunes Talents pour les Rencontres d’Arles

2012 – Lauréate du prix International Emerging Artist Award

2011 – 30 Under 30 Women photographers

2010 – Lauréate pour la Correspondance Visuelle (Compétence Photo)

 

Accéder au site

Julie de Waroquier

Rejoignez l’artiste sur Twitter 

Accéder à sa page Facebook 

 

Commander des tirages de l’artiste

Cliquer ici 

 

© PAM 2017

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

NEWS

  • Minthé Interview Qui Suis-Je ?   «Une personne sur dix dans notre monde n’a pas accès à l’eau, le plus basique, le plus vital des besoins humains. Une privation que nous, Occidentaux, n’imaginons pas endurer plus de 12 heures consécutives.  Un fait, 663 millions de personnes sur cette planète manquent d’eau. C’est une réalité, une
    Surprise des yeux   Dans une baignoire ou par le biais de ses montages photographiques, l’ancien acteur de film d’horreur, Robert Gligorov, dévoile son monde intérieur, des images exprimant ses fantasmes de mutation.     L’art ne fait qu’imiter la nature   D’origine macédonienne, Robert Gligorov est le Docteur Frankenstein de l’art mutant. Lui aussi

POINT PRESSE

Politique

Economie

Média

L'interview

Money Planet

Les planches du mag

Chroniques de l'Eau