Jean-Luc Mélenchon: la fulgurante ascension d’un insoumis

À moins de deux semaines du premier tour de la présidentielle, le candidat de la France insoumise a le vent en poupe. Après une intervention très remarquée à l’occasion du grand débat le 20 mars dernier, l’Eurodéputé a transformé l’essai en tirant son épingle du jeu lors du second débat, le 4 avril.

 

A l’approche du premier tour, le candidat de la « France insoumise » bénéficie d’un regain de popularité fulgurant. Favori chez les jeunes, il rassemble également de nombreux électeurs PS inquiets de la chute de Benoît Hamon dans les sondages. Photo © Jean-Luc Mélenchon

 

« Tous les indicateurs sont au vert pour Jean-Luc Mélenchon ». C’est ce qu’a déclaré la journaliste Raphaëlle Besse Desmoulières au journal Le Monde le 10 avril dernier. Le candidat de la France insoumise est très bien engagé dans la course à l’Élysée. Avec un taux de popularité record, une bonne place dans les sondages et une personnalité forte, Jean-Luc Mélenchon aurait toutes les clés en main s’imposer. Tout en ayant mené une campagne dynamique, le candidat à su multiplier les buzz qui ont marqué l’opinion : son meeting par hologramme, ses piques lors des deux débats et son grand rassemblement pour la France insoumise en mars à Paris, qui a rassemblé 130 000 personnes, selon les organisateurs.

 

Sondages en constante évolution

Un sondage BVA pour le journal la Voix du Nord, publié le 7 avril, dévoile que Jean-Luc Mélenchon rattrape François Fillon en termes d’intentions de vote au premier tour. Il est aujourd’hui à 18% d’intentions de vote contre 17% pour le candidat LR. Une bonne nouvelle pour l’Eurodéputé, qui se voit déjà le troisième homme de cette campagne présidentielle.

 

Le leader de la France insoumise a progressé de 4 points depuis deux semaines, soit 7 points en trois semaines.

 

Une évolution constante qui traduit bien la côte de popularité montante du candidat. En effet, Jean-Luc Mélenchon est à présent le candidat favori des 18-24 ans. A la veille du premier tour, l’écart se resserre entre les candidats et Jean-Luc Mélenchon compte bien s’engouffrer dans la brèche qui lui est offerte. L’affaiblissement de Benoît Hamon et son refus de se rallier au PS lui ramènent chaque jour de plus en plus de voix. Par ailleurs, le facteur confiance s’accroit. D’après un sondage Harris Interactive diffusé le 3 avril dernier, Jean-Luc Mélenchon a gagné 10 points. Il se hisse à 40% d’opinions positives et s’impose, avec Emmanuel Macron, comme l’homme qui inspire le plus confiance aux Français dans cette campagne présidentielle.

 

Le leader de la France Insoumise se place désormais devant François Fillon dans les intentions de vote au premier tour. Ce dernier, affaibli par «les affaires» peine à regagner la confiance des Français qui, sur ce plan, lui préfèrent Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon. Photo © Kantar Sofres-Onepoint

 

À Marseille, dynamique confirmée

Le 9 avril dernier, le candidat a rassemblé 70 000 personnes lors d’un meeting très attendu dans la cité phocéenne. Affublé d’un rameau sur sa boutonnière, il s’est présenté comme le candidat de la paix : « Si vous voulez la paix, ne vous trompez pas de bulletin de vote » a-t-il déclaré à son auditoire. Il est revenu sur l’attaque chimique intervenue en Syrie, imputée au président Bachar Al-Assad, la qualifiant « d’acte criminel irresponsable ». Sur le vieux port de Marseille, le candidat a assuré à ses partisans que la victoire était à portée de main. Conquérant et galvanisé, le leader de la France insoumise a évoqué de nombreux sujets. Il a notamment tenu à saluer l’enthousiasme autour de sa campagne en remerciant le public pour sa ferveur.

 

Sous les applaudissements, il a défendu l’idée d’une conférence sur la sécurité de l’Europe et réaffirmé que s’il devenait président, il ordonnerait le retrait de la France de l’OTAN.

 

Positif, il a vanté la beauté du peuple français, de son métissage, et de l’amour pour les autres. Une séquence quelque peu lyrique, très fidèle à Jean-Luc Mélenchon dont l’éloquence est la marque de fabrique. Pour finir, le candidat a fait observer une minute de silence à son auditoire, en hommage à tous les migrants disparus tragiquement en mer Méditerranée. Il en a profité pour rappeler la souffrance de l’exil forcé, sous les acclamations du public, porté par l’émotion dégagée par le candidat. Une belle démonstration de force, dont s’est réjoui Jean-Luc Mélenchon en conclusion de son discours.

 

Audrey Bernard © PAM 2017

 

Sur le même thème:

Jean-Luc Mélenchon: l’Alliance bolivarienne qui dérange

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

NEWS

  • Minthé Interview Qui Suis-Je ?   «Une personne sur dix dans notre monde n’a pas accès à l’eau, le plus basique, le plus vital des besoins humains. Une privation que nous, Occidentaux, n’imaginons pas endurer plus de 12 heures consécutives.  Un fait, 663 millions de personnes sur cette planète manquent d’eau. C’est une réalité, une
    Surprise des yeux   Dans une baignoire ou par le biais de ses montages photographiques, l’ancien acteur de film d’horreur, Robert Gligorov, dévoile son monde intérieur, des images exprimant ses fantasmes de mutation.     L’art ne fait qu’imiter la nature   D’origine macédonienne, Robert Gligorov est le Docteur Frankenstein de l’art mutant. Lui aussi

POINT PRESSE

Politique

Economie

Média

L'interview

Money Planet

Les planches du mag

Chroniques de l'Eau