Islande: Salaires et parité, les femmes ont gagné la partie

Au 1er janvier 2018, l’Islande est devenu le premier pays au monde à déclarer «illégal» les différences de salaires entre les hommes et les femmes. Le Parlement promet d’éradiquer de ce fait les déséquilibres salariaux entre les genres, d’ici 2022.

 

En 2018, après plus de 40 ans d’un militantisme notoire, les Islandaises obtiennent une loi sur l’égalité des salaires au Parlement, la première du genre. Photo©writerstheatre.org

 

Sous cette nouvelle législation, entreprises et agences gouvernementales comprenant plus de 25 employé(e)s doivent obtenir désormais un certificat gouvernemental d’égalité, afin de garantir la parité officielle des salaires. Le 31 janvier, les fédérations des partis travaillistes d’Islande — Icelandic labor federations — en collaboration l’association Icelandic Women’s Rights Association ont invité les femmes victimes du #metoo à un grand meeting, le 10 février prochain, à Reykjavík, dès 10 heures du matin, pour discuter des prochaines étapes du mouvement.

 

Rémunérations équitables

En Islande, le salaire moyen des femmes correspond à 70.3% du salaire moyen des hommes. Mettre un terme à la vision obsolète des genres, «un mécanisme qui permet d’assurer qu’hommes et femmes sont rémunérés équitablement», a déclaré Ms Dagny Osk Aradottir Pind, membre décideur de l’association Icelandic Women’s Rights Association dans le cadre d’une interview accordée à Al Jazeera. «Nous avions déjà une première législation pour déclarer que les salaires doivent être équitables entre les sexes, mais, à ce jour, nous constatons encore des failles en matière de parité salariale.»

 

Les femmes ont gagné une bataille

La loi est soutenue par la coalition islandaise du centre-droite, au Parlement, où la moitié des acteurs sont des femmes. «Je pense que les gens commencent à réaliser qu’il existe des problèmes systématiques que nous devons solutionner via de nouvelles méthodes», poursuit Ms. Aradottir Pind. «Les femmes se battent depuis des décennies et j’ai vraiment le sentiment que nous sommes parvenu(e)s au point où les gens réalisent que la législation établie en premier lieu ne fonctionne pas. Il faut aller plus loin, faire plus (…)»

 

Nouveau modèle social

En Islande, les problèmes liés à l’inégalité des salaires devraient être résolus d’ici 2022, selon les membres du gouvernement, grâce à la délivrance de ces nouveaux certificats obligatoires depuis le début de l’année en cours. À noter que le Parlement est constitué de 45% de femmes parlementaires et 6% des hommes islandais encouragent le mouvement HeForSheLui pour Elle»), par la voie du soutien aux actions féministes. L’Islande entend donc installer, entretenir et développer l’intensité de l’investissement au masculin, en ce qui concerne la condition des femmes, au plan national mais également aux yeux du monde. Le Parlement a par ailleurs confirmé l’augmentation des fonds destinés au soutien et à la gestion des problèmes autour de l’inégalité des salaires.

 

 

Droit de vote centenaire

Pour fêter en grandes pompes le centième anniversaire du droit de vote pour les femmes, ainsi que leur entrée au Parlement, l’Islande a instauré un fond d’aide maintenu sur cinq ans. Une partie de la somme se destine à l’enrayement des vieux systèmes obsolètes autour de l’inégalité des salaires à travers le Globe. À l’occasion de la rencontre Speaking at The Global Leaders Meeting, le 27 septembre 2015, le Premier ministre Sigmundur Davíð Gunnlaugsson avait déclaré: «Les hommes ne peuvent s’asseoir paresseusement entre eux, quand de tels problèmes basés sur le genre, à la source de violences et de grandes épreuves économiques, sont discutés. Ce n’est pas uniquement le problème des femmes. Ces obstacles incarnent une partie intégrante des questions en rapport avec le mépris des droits de l’homme.»

 

Côté Grande-Bretagne: un essai, un flop

Pour Sam Smethers, chef exécutif Fawcett Society, «l’inégalité des salaires est déjà illégale en Grande-Bretagne, mais ce que l’Islande est en train de mettre en place exige de la part des employeurs d’envisager une nouvelle approche proactive en collaboration avec le gouvernement, afin de certifier l’instauration de nouvelles mesures», a-t-il indiqué au journal The Independant. En 2017, par exemple, l’Angleterre occupait la 15e place au palmarès des pays les plus exigeants en matière de parité salariale des genres, avec un écart de 16.9% entre les salaires des hommes et ceux des femmes.

 

Côté Hexagone: une vieille galère

En France, les inégalités de salaires masculin-féminin persistent et stagnent depuis près de 18 ans. «L’écart ne se réduit pas», selon une source Le Monde. «L’écart de salaire médian entre les femmes et les hommes est de 9.9% en 2016, un chiffre stable depuis le début des années 2000». D’après une analyse de l’OCDE, à la suite d’une enquête intitulée Atteindre l’égalité femmes-hommes: un combat difficile, «cet écart reflète en partie le plafond de verre auquel font souvent face les femmes au cours de leur carrière; elles représentent moins d’un tiers des cadres de direction.»

 

Marion Calviera © People Act Magazine 2018

 

 

Sur le même thème: Photoreportage par Margaux Aubin

Photoreportage spécial Femen

 

NEWS

  • La Syrie sous l’impulsion du régime de Bachar al-Assad s’engage vers « un cataclysme humanitaire » a alarmé, mardi 20 février, Jean-Yves Le Drian, chef de la diplomatie française, à l’occasion d’une prise de parole devant l’Assemblée nationale.     Un assaut terrestre imminent Une allocution survenue après le massacre de 106 civils dans la région du
    En France, le cheveu, ça rapporte combien ? Parmi les nouveaux challenges du marché de la coiffure au 21e siècle: la formation des générations futures d’apprentis-coiffeurs ou encore l’adaptation indispensable aux nouvelles techniques de soins et de colorations issues de la bio cosmétique, à l’ère de l’économie numérique. Par Marion Calviera     En ce

POINT PRESSE

Politique

Economie

Média

L'interview

Money Planet

Les planches du mag

TATTOO PLANET