L’invitée H20: Minthé, Chamane

Minthé

Interview Qui Suis-Je ?

 

«Une personne sur dix dans notre monde n’a pas accès à l’eau, le plus basique, le plus vital des besoins humains. Une privation que nous, Occidentaux, n’imaginons pas endurer plus de 12 heures consécutives.  Un fait, 663 millions de personnes sur cette planète manquent d’eau. C’est une réalité, une urgence, ils ont besoin d’aide.» — Minthé, femme-médecine en faveur de l’association internationale à but non lucratif Charity Water.

 

Minthé © Patrick Jame Michel

«Si j’étais un fluide je serais l’Eau. Si j’étais une essence, je serais la fluidité. Je serais la fluidité de l’eau (…)». Photographie de Minthé © Patrick James Michel

 

 

Minthé = Mynthé ?

«Dans la mythologie grecque, me confie la gardienne des Eaux Sacrées, Menthé ou Mynthé (en grec ancien Μίνθη/Mínthê) est une nymphe, fille du Cocyte, un des cinq fleuves des Enfers. Maîtresse d’Hadès, Mynthé est abandonnée par ce Dieu  — son amant—, lorsque ce dernier enlève Perséphone. Jalouse, dénigrant sa rivale, Mynthé est alors piétinée puis transformée en plante de menthe par Déméter, la mère de Perséphone». L’œil vif, le regard brillant, un sourire empreint de lumière, Minthé la chamane, gardienne de la sagesse des Eaux Sacrées, femme-guerrière initiée à la tradition Apache, figurant au Cercle de Sagesse de l’Union des Traditions Ancestrales, me regarde droit dans les yeux et poursuit son histoire, joyeuse, pleine de subtilité: «Le prétendant de Mynthé, dans un élan de désespoir amoureux, ne pouvant plus rien changer à la destinée de celle pour qui son cœur battait en vain, est tout de même parvenu à la (re)couvrir d’un charme ultime, celui de sentir bon à chaque fois qu’elle serait écrasée. Et ce geste-là me parle, tu comprends ? (…)». Dans la tradition chamanique, les ancêtres ou esprits alliés, suggèrent un nouveau nom, mieux adapté à la résonance ou vibration de l’âme qui renaît spirituellement, en conscience, par le biais d’un accompagnateur; «à travers un homme — un initié — précise Minthé, en ce qui me concerne, il s’agit d’un chaman Mexicain. Tu veux l’histoire maintenant ? (…)».

 

L’esprit de Minthé

Minthé, missionnaire? porteuse et gardienne des Eaux Sacrées? Fille de la Lune? Hydromancienne? Bio-énergéticienne? Et si Minthé était un fluide, une essence…? «Si j’étais un fluide je serais l’Eau. Et si j’étais une essence, je serais la fluidité. Je serais donc la fluidité de l’eau. J’aime ce qui ne reçoit pas de barrage, ce qui coule, seul, dans la paix et l’harmonie (…)». Voilà comment cette femme-médecine, Minthé la chamane, liseuse d’âme à cœur ouvert, définit l’empreinte de son âme et la couleur de sa mission.

Dans le rituel chamanique mexicain, Minthé incarne un esprit de l’eau, chargé de la protection des sources et des lieux sacrés dédiés à l’eau. Aujourd’hui, sa mission consiste à «rassembler les eaux de la planète pour l’Harmonie et pour la Paix», en travaillant avec des techniques apprises d’hommes et femmes médecine de différentes traditions ancestrales. Un travail en temps réel, empirique, une médecine de l’instant:

«Je recherche, je gratte, je fouille dans tout ce qui ne va pas, dans tout ce qui doit sortir de l’individu, à un moment précis (…)». Ses consultations et ses soins se destinent au bien-être et au développement personnel. Le chamanisme de l’eau se pratique sans utilisation de plantes ni drogues, dans la liberté de chacun. Il ne remplace en aucun cas la médecine conventionnelle. Lecteurs et aficionados de la discipline sont invités par Minthé et People Act Magazine à continuer de consulter médecin, psychiatre et/ou psychologue, de même qu’à n’interrompre aucun traitement médical éventuel, sous aucun prétexte.

 

H20 = In-création, Création et Destruction

En tant que composante de la vie, aussi loin que remonte le point de départ de l’anthropologie cosmique, l’eau incarne un élément fondamental de la Genèse. On dit que le Souffle Divin murmure à la surface de l’Eau, de même qu’en ses insondables abysses; où reposent les origines de la Vie; autrement dit, la Mémoire de la Création. Occultistes, philosophes hermétiques et théurges de l’Antiquité redoutaient souvent l’élément Eau plus que l’élément Feu, pour sa bipolarité, sa bisexualité spirituelle et surnaturelle — comprendre tantrique (ou 4e Dimension).

Un élément divin teinté clair obscur. Instable mais immuable, de l’Ile de Mu à la sagesse Atlante, Maya, Égyptienne, Aztèque, en passant par la tradition Hindouiste, l’eau symbolise une force élémentaire cyclique, simultanément dévastatrice et purificatrice, corollaire sacré de l’élément Terre. Pour Minthé, «l’esprit de la Mer est à la fois dominant et pacifiste (…)». Une force difficilement contrôlable par l’Humanité (marées, déluges), à l’exception de quelques chaman(e)s ou jongleurs de l’Antiquité (Inde, Sibérie, Mongolie, Chine, Japon, Amérique du Nord, Amérique Centrale, Amérique Latine, Pérou, Bolivie…), ou encore des thaumaturges, saints et prophètes, tels que Moïse ou Jésus, un exemple.

 

La spiritualisation de la Matière

 

Dans les secrets des traditions ancestrales révélées à Minthé, «ces chaman(e)s, Jésus, ou autres, ne contrôlent pas l’esprit de l’Eau ou l’esprit de la Mer. On ne peut pas contrôler les éléments, on peut négocier avec eux. La subtilité a son importance (…). La subtilité a de l’importance, parce que ce n’est pas une croyance religieuse ou autre, c’est une question de dignité, de ne pas accepter que le mal soit fait devant tes yeux (…)». Minthé ne souhaite jamais parler en termes de maîtrise des éléments mais de «dialogue avec eux c’est important (…)», clarifie-t-elle. Dans l’ouvrage moderne de référence Isis Dévoilée (Volume I, partie 2, éditions Adyar Science, 1913), la connaissance de la théosophe Helena P. Blavatsky ou Madame Blavatsky — leader international à l’origine du mouvement New Age ayant passé sa vie à voyager pour découvrir et apprendre des sages de la planète; Madame Blavatsky pour qui «il n’existe pas de religions supérieures à la Vérité» — explique, concernant la sagesse des peuples antiques que l’Ascension d’un cœur pur doté d’un esprit pur, permet au mystique de l’Antiquité d’accéder au Plan Divin; à ses pouvoirs, au plan terrestre.

Comme ce fut l’objet, d’après l’enseignement de Madame Blavatsky, notamment dans le cadre de la mission des prophètes de l’Histoire. Ici, l’homme, l’éveillé, l’Élu, ne sert plus les forces divines mais les forces divines s’intègrent en lui. Elles s’offrent de servir son cœur limpide et ses intentions pures, afin d’accomplir les miracles témoignant de la présence de Dieu. En l’occurrence, la théurgie ou Haute Magie, invite à la maitrise des forces élémentaires sur la voie d’une volonté implacable et d’une intention cristalline. Dieu se déploie alors sous le regard de la Civilisation, par le biais des miracles réalisés sous l’impulsion (volonté) du prophète — dont les accomplissements se destinent à la Révélation du Dessein. Traduire une spiritualisation de la Matière. Les prophètes, témoins de la présence de Dieu, selon Madame Blavatsky, en possèdent l’énergie de Création (comprendre la force originelle); leur mission consistant à incarner la manifestation du Dieu sur Terre.

D’après Minthé, les eaux présentes dans le corps humain et la nature communiquent entre-elles, la thérapie énergétique est une thérapie naturelle. Initiée au chamanisme de l’eau, Minthé a collaboré, entre autres, aux célèbres travaux et recherches du Docteur Masaru Emoto (1943-2014), diplômé de la section Relations Internationales du département de Sciences humaines de l’Université Municipale de Yokohama, titulaire d’un Doctorat de l’Université de Yokohama en Médecine Alternative, fondateur de la compagnie IHM à Tokyo; auteur mondialement respecté pour sa théorie autour du champ morphique de l’eau — destinée à démontrer la nature de sa réalité polymorphe. En d’autres termes, l’effet visible, observable, que provoquent la pensée, les émotions et les vibrations, sur les cristaux d’eau ou cristaux esthétiques.

 

Si Minthé était …

Propos recueillis par Marion Calviera

 

 

PAM: Un végétal ?

Minthé: La Menthe, c’est mon nom, Minthé ! (sourire). C’est le nom grec pour définir la plante de menthe — ou baume. En fait, celui qui a été chercher mon nom en a recherché l’essence (…). Après la transformation de Mynthé en plante de menthe, le geste de son amoureux offrant de la recouvrir d’un parfum singulier à chaque fois qu’elle serait écrasée, piétinée… l’acte me parle, tu comprends ? Lorsque mon accompagnateur, un initiateur Mexicain — dont la tradition n’a rien à voir avec le nom de cette plante grecque —, lorsqu’il a été chercher ce nom, ce jour-là, Minthé, cela a résonné en moi comme une évidence. Ce chaman Mexicain est le premier que j’ai rencontré dans le chamanisme.

Au départ, ce n’était pas vraiment mon choix, le destin m’est tombé dessus à un moment donné de ma vie. Je disposais de chambres d’hôtes, il y avait de la place, plus une salle disponible pour recevoir un groupe. Un ami m’a demandé d’accueillir ce chaman, j’ai accepté et je me suis retrouvée au milieu d’un stage, je ne m’y attendais pas. En fait, je ne devais pas y assister mais cet homme m’a invitée, donc c’est vraiment le début, le point de départ de l’histoire. Et ça m’a parlé très très fort… J’ai observé sa manière de faire et ma première initiation chamanique s’est déroulée avec lui. J’ai mis trois semaines à m’en remettre (…), j’étais bouleversée. Plus tard, après quelques séances de travail, il m’a parlé d’une cérémonie «au glacier» et pour une raison que j’ignore complètement, le simple mot glacier m’indiquait le devoir de l’accompagner. Je ne savais pas pourquoi, pas d’autre explication, je devais assister à cette cérémonie dans les Alpes. Je me suis arrangée pour me libérer de mes obligations durant un week-end, et je suis partie…

 

«J’ai entendu trois mots»

 

Minthé: À mon arrivée dans la vallée, à l’instant où nous sommes arrivés, la neige s’est mise à tomber et tout le monde a plaisanté en disant que j’amenais la neige, parce que ça faisait deux ans qu’il n’avait pas neigé dans le coin. Nous avions un plan, mais le chaman a complètement changé le programme. Il nous a emmené, le lendemain, dans un lieu qui s’appelle la cascade de Cœur. — La cascade de Chedde se situe après le village de Chedde, en direction de Plaine Joux. Le cœur de pierre la divisant en deux branches lui vaut le surnom de «Cascade de Cœur»; Victor Hugo l’a immortalisée dans son ouvrage «Voyage dans les Alpes».

(…) L’endroit représente un énorme cœur en pierre, une cascade jaillit des deux côtés de la pierre pour retomber, pour s’écraser, je ne sais combien de mètres plus bas. Nous étions devant cette cascade pour effectuer notre cérémonie. Le chaman se retourne, il me dit: «j’ai entendu trois mots». Il me les transmet dans sa langue. Au milieu de ces trois mots se trouvait Minthé. Ensuite, le chaman me demande: «Avec lequel de ces trois mots es-tu le plus en accord ?» — dans un français très approximatif, pour lui, mot devait signifier nom. Alors, j’ai répondu Minthé. Ensuite, le chaman répète ces trois mots, encore et encore, il les répète, encore et toujours. Moi, je persiste, je dis Minthé ! Soudain, il part…

 

«Une sœur parmi nous va recevoir son nom sacré»

 

Minthé: Je suis restée surprise, j’ai pensé qu’il avait besoin d’une orientation pour son travail chamanique. Voilà que j’entends, «une sœur parmi nous va recevoir son nom sacré»; ça c’est passé comme ça. À cet instant, mes jambes m’ont quittée complètement et je me suis accrochée à la balustrade. J’ai immédiatement pensé: voilà, c’est pour moi ! Le chaman s’est approché, il tenait entre ses mains une conque remplie d’eau de la cascade. Il m’indique que si j’accepte cette eau, je dois la boire par trois fois en répétant mon nom, à chaque gorgée. Très étonnée, un peu perdue, je lui demande de m’expliquer les raisons de cette démarche. Il me répond que c’est en rapport avec l’esprit de l’Eau. Je me suis sentie en harmonie, j’ai accepté.

(…) J’ai appris plus tard que les deux autres mots signifiaient «La gardienne de l’Harmonie» et «La gardienne du Cristal». Lorsque je repense, aujourd’hui, à cette première expérience, je me dis que la vision du chaman n’était que justesse. À cette époque, rien ne me prédisposait à ce travail en rapport à l’Eau. Plus tard, j’ai demandé au chaman de me préciser l’origine de ce nom, Minthé, dans son pays. Il m’a expliqué qu’il correspondait à une divinité en français maladroit car il avait du mal à s’exprimer dans notre langue. Finalement, il me raconte que Minthé incarne un esprit de l’Eau, chargé de la protection des sources et des lieux sacrés de l’Eau. En l’occurrence, cette situation m’a demandé de réfléchir à mon rôle — qui suis-je ?—, le but de ma présence sur Terre, tu vois…? Du jour au lendemain, j’ai accepté cet engagement et j’ai immédiatement endossé cette responsabilité. Parfois, quand j’y repense (rire), je suis impressionnée…!

 

 

PAM: Si Minthé était une rivière ?

Minthé: Je serais une rivière qui descend la montagne et autant que possible, je serais un fleuve; parce que j’irais à la mer. Je pourrais être aussi la Drobie — rivière cévenole du département français de l’Ardèche et de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle coule à côté de chez moi et figure parmi les rivières les plus propres de France.

 

PAM: Une mer ?

Minthé: La Méditerranée, probablement parce que je m’y rends régulièrement. Il fut une époque où j’habitais en Belgique, j’étais souvent en mer du Nord; mais j’apprécie beaucoup la Méditerranée donc automatiquement c’est la première réponse qui me vient à l’esprit.

 

PAM: Un océan ?

Minthé: Le Pacifique, parce que c’est le plus grand, mais je les aime tous ! (sourire)

 

PAM: Un esprit ?

Minthé: Spontanément, l’esprit de l’Eau. Plus précisément, un esprit de la Mer, car il en existe certainement plusieurs. L’esprit de la Mer pour son attitude, sa façon d’être. Disons que l’esprit de la Mer est plus combatif que l’esprit des rivières. L’esprit de la Mer va-et-vient, il donne, reçoit, bouge, il faut se battre avec lui. Et puis, l’esprit de la Mer est toujours présent: vagues, marées, mouvements… il s’en dégage une force, une régularité, une présence. On ne défie pas l’esprit de la Mer, on ne l’embête pas. L’esprit de la Mer est à la fois dominant et pacifiste; il est libre. Je suis très connectée avec l’esprit de la Mer (…).

 

PAM: Une planète ?

Minthé: Vénus, planète connectée à la féminité, à la femme, et je me sens pleinement dans mon féminin.

 

PAM: Un minéral ?

Minthé: Un cristal de roche, pour sa limpidité. — L’une des pierres maîtresses de la lithothérapie.

 

PAM: Un animal ?

Minthé: Je savais que cette question viendrait et parfois j’ai du mal à y répondre, car je suis très connectée à de nombreux animaux. Disons que si j’étais un animal, je serai l’instinct félin. Pas un chat dormant tranquillement sur un fauteuil, même s’il ne faut pas l’embêter. Non, plutôt puma, tigre, léopard; je protège mes petits — Minthé est mère de six enfants —, ne vous approchez pas trop près, attention aux coups de griffe, respectez mon territoire et tout ira bien, tu vois…? (sourire)

 

PAM: Une couleur ?

Minthé: Bleu, désolée, je ne le fais pas exprès, c’est ma couleur préférée depuis toujours (rire)…

 

PAM: Un chant ?

Minthé: Ah… Oh… (silence). Je n’ai jamais réfléchi à cette question… j’aime tellement de chants (réflexion). J’aime énormément l’Hallelujah de Léonard Cohen. Ma sonnerie de téléphone, d’ailleurs (rires). Mais il y en a plein d’autres du même acabit.

 

PAM: Une impulsion ?

Minthé: Je ne prépare jamais un stage. Par exemple, je sais dans un coin de ma tête que si l’on travaille l’Ouest, on travaille la mort, on pourrait alors y placer tel «ingrédient» ou tel autre, et profiter de cette cérémonie-là, pour se débarrasser de nos poids, de tout ce dont on ne veut plus. Mais je ne prépare rien; j’attends de voir ce qui se présente et je laisse sortir ce qui vient, spontanément. Un travail dans l’instant, je recherche, je gratte, je fouille, dans ce qui ne va pas, dans ce qui doit sortir, à ce moment-là. Ma réponse autour de la fluidité, ci-dessus, correspond bien à ce que je veux dire concernant ma méthode thérapeutique.

 

PAM: Un coup de gueule ?

Minthé: (Réponse sèche) Je ne supporte ni le mensonge ni les hypocrites !

 

PAM: Une larme ?

Minthé: Hum… Si j’étais une larme… (Silence). La souffrance des enfants…

 

PAM: Une prière ?

Minthé: (Silence) Pour la Paix.

 

PAM: Un pays ?

Minthé : La Belgique, parce que j’y suis née. Mais je n’aime pas tellement les pays (sourire).

 

PAM: Un peuple ?

Minthé : Le peuple Apache ! — de Apachu, «ennemi» en langue Zuñi. Nom attribué aux différentes tribus amérindiennes d’Amérique du Nord vivant dans le sud-ouest des États-Unis et le Nord des États mexicains de Chihuahua et du Sonora, formant le territoire de l’Apacheria et partageant la même langue athapascane méridionale. Je sais, ça sonne bizarre, mais c’est un mixe ! Tu me poses des questions, j’entends, cela permet de faire mon portrait. En même temps, pour quelqu’un qui n’aime pas tellement les frontières ni les séparations, c’est un peu étrange de devoir répondre à ce genre de questions ! (Rire)

 

«La seule chose que nous ayons à donner, c’est la façon dont nous vivons notre vie»; «Je suis une Femme Guerrière, je suis prête à mourir ce en quoi je crois.»  (Oh Shinnah Fast Wolf)

 

Minthé: J‘ai reçu l’initiation (c’est un rite en fait mais ça s’appelle initiation) de Femme Guerrière dans la Tradition Apache sous la guidance de Grand-Mère Oh Shinnah Fast Wolf, incarnant la sagesse, guerrière pour les peuples de la Mère Terre, très respectée de la Nation Apache, mais également dans le reste monde. Elle m’a nommée «Hatch Oh Neh» et m’a adoptée. Elle m’a attribué ce nom amérindien, «Celle qui est debout et forte»,  qu’elle a rêvé 3 nuits de suite quand je dormais dans sa maison. Oh Shinnah figure au rang des guides spirituels des Nations Unies. Elle est titulaire d’une maîtrise de Psychologie Expérimentale de l’Université de Chicago. Un esprit qui compte parmi les rencontres fondamentales sur mon parcours chamanique.

Lorsque j’ai découvert son nom dans un livre d’Aigle Bleu, j’ai immédiatement compris que je devais la rencontrer. Dix ans plus tard, lorsque lui et moi nous sommes rencontrés, il m’a proposé spontanément de nous mettre en contact, ce qui a été fait très vite. Une fois ce rendez-vous arrangé, je suis partie à sa rencontre. Oh Shinnah m’a alors encouragée à apprendre avec lui ses enseignements sur les cristaux, en Europe.Oh Shinnah détient par ailleurs de nombreuses autres qualifications telles qu’un Bachelor en Music Theory et un Master en Chant obtenus à l’Université de Denver; un Bachelor en Psychologie Clinique, un Master et un titre honorifique, celui de Ph.D. (Docteur en Psychologie), obtenus à l’Université de Chicago. Oh Shinnah se définit en complément comme poète, auteure, chanteuse, activiste et Maître de Cérémonie.

 

 

Minthé: Oh Shinnah porte dans ses veines le sang Mohawk par sa mère et le sang Écossais, par son grand-père maternel. Oh Shinnah descend également de la culture Chiricahua (celle de Geronimo), côté paternel; The Shishindi Nation plus connue sous le nom de Nation Apache.  Son enseignement sur les cristaux est notoire, elle travaille généralement avec une énorme boule de cristal, pas celle des voyants; disons, plutôt basée sur le principe des recherches du Docteur Emoto. Dans cette boule réside l’empreinte des mémoires ancestrales; l’empreinte du temps. Une énergie puissante, sacrée, se dégage de ce minéral. Il est bénéfique d’en capter les ondes.

Minthé: Chez les Apaches, durant leur adolescence, un temps arrive où ils doivent prouver à la communauté qu’ils sont devenus des hommes. Les jeunes adultes doivent alors escalader le sommet d’une montagne sacrée, en préservant une gorgée d’eau dans leur bouche — du pied de la montagne jusqu’à la fin de leur ascension au sommet. Après avoir courageusement gravi la montagne, les Apaches doivent prouver la présence, la survie de cette gorgée d’eau dans leur bouche, malgré l’effort. Nous parlons ici d’une épreuve physique conséquente de plusieurs heures. Oh Shinnah a souhaité suivre cette initiation généralement réservée aux hommes, cela lui a été accordé. Son ascension au sommet fut une réussite et symbolise donc une très grande victoire spirituelle. Oh Shinnah est honorée par toutes les grandes nations.

 

L’enseignement de Oh Shinnah m’incite à être qui je suis, à continuer de faire ce que je faisais déjà. J’ai été initiée par Oh Shinnah Fast Wolf comme Femme Guerrière. L’essentiel de nos conversations de ces quatre jours passés ensemble 24/24 ont tourné autour de cette Femme Guerrière que je suis, et qu’elle est elle aussi. (Minthé)

 

 

PAM: Selon ton expérience, le chamanisme de l’eau se pratique sans utilisation de plantes ni drogues, dans la liberté de chacun, et ne remplace en aucun cas la médecine conventionnelle. Minthé, parle-moi de ta méthode, de tes connaissances, de la mémoire de l’Eau, de sa nature spirituelle et de sa réalité polymorphe…

 

Minthé: Première chose à savoir, il n’existe pas de méthode. Si je souhaite transmettre mes connaissances, impossible d’enseigner une méthode. Je ne peux pas dire, va à gauche ou bien va à droite. Non. Je pars du principe que nous sommes essentiellement composés d’eau et que notre physiologie se comporte selon un procédé démontré dans les études du Docteur Emoto.

 

Je suis en résonance avec l’eau, tu es en résonance avec l’eau.

 

Minthé: Quand je suis avec toi, comment puis-je t’aider à extraire ton mal ou encore t’aider à résoudre un problème ? Mes eaux communiquent avec tes eaux, un peu comme si nous étions munies de téléphones cellulaires intérieurs qui communiquent avec les Eaux Sacrées, entre autres, avec lesquelles je travaille. Une communication s’établit à trois, mes eaux sacrées, les tiennes et l’esprit sacré de l’Eau, incarné dans les Eaux Sacrées. Le trio communique en formant un triangle. Même sans l’intervention des Eaux Sacrées, les eaux communiquent entre-elles. Ma technique — si technique il y a — consiste à partir du principe que l’eau emmagasine toutes les informations depuis la naissance d’un individu.

En d’autres termes, depuis notre naissance, nous enregistrons et stockons un maximum d’informations, jusqu’à devenir des ordinateurs ambulants. Et nos ordinateurs communiquent entre-eux. Mon ordinateur accède à ton ordinateur, tous deux communiquent pour examiner la façon dont je pourrais t’aider, parvenir à t’accompagner dans la réparation ou la régulation de certains blocages, psychiques ou affectifs; certains issus de ton enfance, parfois même de ta petite enfance, d’autres accumulés sur ton parcours.

 

VIDÉO © CHAMANISME.EU

 

PAM:  Concernant les actions relatives à ton association, en faveur d’un accès à l’eau dans les pays les plus défavorisés de la planète, quelle est concrètement ta mission ?

Minthé: J’ai décidé de collaborer étroitement aux actions à but non lucratif de l’association internationale, Charity Water, dont la mission principale est d’offrir une ressource précieuse, une eau potable et saine, parmi les régions les plus défavorisées de la planète. Une personne sur dix dans notre monde n’a pas accès au plus basique, au plus vital des besoins humains. Une privation que nous, Occidentaux, n’imaginons pas endurer plus de 12 heures consécutives.

 

Un fait, 663 millions de personnes sur la planète manquent d’eau. C’est une réalité, une urgence, ils ont besoin d’aide.

 

Minthé: Je sers de connecteur entre les réseaux — villages ou régions du monde dans le besoin — avec le réseau de bienfaiteurs Charity Water; je saisis différentes opportunités et je connecte les partenaires entre-eux. J’apprécie particulièrement Charity Water pour son engagement et sa politique de transparence en ce qui concerne l’utilisation des fonds récoltés pour leurs différentes missions. L’association est très attachée au suivi de l’information — de la récolte des fonds à la finalisation des projets —, grâce à un système de tracking. Il est possible de suivre le chemin effectué par l’argent, des contributeurs aux receveurs de fonds, de la préparation d’un projet à sa finalisation, en temps réel. Ce système compte parmi les raisons principales de mon choix, en matière d’activisme, autour de la préservation de l’eau et de son accès pour tous.

 

Parce que l’Afrique m’a donné un fils… J’ai choisi d’aider l’Afrique à élever les siens dans la dignité… (Minthé)

 

Minthé: Mon projet Agua Unidas Project pour l’eau en Afrique, par exemple, pour la construction de puits d’eau potable dans les villages africains, est réalisé en partenariat avec Charity Water, soutenu par la Caravane des Sources. Nos intervenants sont tous bénévoles. Où vont les fonds récoltés lors des évènements organisés par cette association dont je suis présidente, La caravane des sources ? Vers divers frais de fonctionnement ou encore à l’achat de matériel, entre autres. Ces fonds servent également à couvrir la publicité et la gestion vers une prise en charge de tous les frais de fonctionnement des cérémonies et conférences gratuites, stand sur salons…

Le reste des fonds récoltés se destinent au soutien des projets Afrique ainsi qu’au projet du Docteur Emoto. Nous avons envoyé pas mal d’argent sur le projet Afrique, traçable sur le site de la Caravane des sources. Concernant le Docteur Masaru Emoto, nous avons imprimé les livrets pour les enfants (soit 6900 euros) offerts gratuitement dans les écoles, centres aérés, de même qu’aux familles, pour un éveil de l’enfance mondiale à la sensibilité et à l’importance de l’eau. L’un des derniers vœux du Docteur Emoto fut qu’il existe autant de livres gratuits à la disposition du public qu’il existe d’humains sur Terre. #MC

 

 

Dossier réalisé par Marion Calviera © People Act Magazine 2016

 


 

CRÉDITS

Rencontre exclusive avec Minthé, extrait de l’investigation «À La Folie: Enquête sur les phénomènes hallucinatoires de la réalité ordinaire; Parlez-moi de la folie de l’Homme et celle du Monde…» (Volumes 1 et 2). Qui Suis-Je ? Chamanisme: Minthé, femme-guerrière, gardienne des Eaux Sacrées. Propos de Minthé recueillis par Marion Calviera, Rédactrice en Chef & Fondatrice People Act Magazine © PAM 2016-2017. L’interview Qui Suis-Je ? © Marion Calviera (People Act Mag 2016). Toute reproduction interdite.

 

À LIRE ÉGALEMENT

Minthé, femme-médecine & People Act Magazine, dressent le poing et la plume en faveur de Standing Rock, sixième réserve des États-Unis, territoire Lakota Sioux situé en Dakota du Nord. Point presse entre une missionnaire de l’eau et une traqueuse d’alerte, autour de la plus grande mobilisation indigène depuis plus d’un siècle.  Accéder à l’article: Money Planet #19: SOS Standing Rock, mobilisation indigène historique, publié le 25 décembre 2016.

 

EN SAVOIR + SUR MINTHÉ

Facebook

Minthé Aguas Unidas

Minthé Fan Page

Accéder au site

La caravane des sources

Asbl (Association sans but lucratif – Asso loi 1901)

 L’adhésion à l’association (pour une année) coûte 30 euros.

De ces 30 euros, 10 sont reversés (10 dollars + frais bancaires)
au projet Aguas Unidas pour l’eau
dans les pays qui en ont besoin.
Vous recevrez une preuve du versement
 

Accéder à la boutique en ligne de l’association

Contacter Minthé pour différents soins (personnel ou collectif)

minthe@live.fr

 

Le dossier © PAM 2016-2017

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

NEWS

  • Minthé Interview Qui Suis-Je ?   «Une personne sur dix dans notre monde n’a pas accès à l’eau, le plus basique, le plus vital des besoins humains. Une privation que nous, Occidentaux, n’imaginons pas endurer plus de 12 heures consécutives.  Un fait, 663 millions de personnes sur cette planète manquent d’eau. C’est une réalité, une
    Surprise des yeux   Dans une baignoire ou par le biais de ses montages photographiques, l’ancien acteur de film d’horreur, Robert Gligorov, dévoile son monde intérieur, des images exprimant ses fantasmes de mutation.     L’art ne fait qu’imiter la nature   D’origine macédonienne, Robert Gligorov est le Docteur Frankenstein de l’art mutant. Lui aussi

POINT PRESSE

Politique

Economie

Média

L'interview

Money Planet

Les planches du mag

Chroniques de l'Eau