GOV : l’appli démocratique grimpe en flèche

GOV, l’application mobile citoyenne et démocratique, lauréate du Grand Prix de l’Innovation Digitale 2015, décortique l’ensemble de la vie politique française et le comportement de ses acteurs au quotidien.

 

Bobby Demri

«En France, tout le monde à un avis et veut le partager», Bobby Demri, cofondateur Français de GOV (DR)

 

En tant qu’outil de démocratie participative, GOV permet de réagir à l’actualité, en temps réel, par le biais de nombreux sondages, mais également en évaluant les actions de nos dirigeants, au fil des heures et du temps. Un objectif, stimuler, encourager, une participation civique et dynamique des internautes.

 

«Mettre son bulletin dans l’urne une fois tous les cinq ans ne parait pas forcément suffisant», a expliqué Bobbi Demri dans une interview accordée à M – Le Magazine du Monde, le 4 juillet dernier. Ici, l’objectif est de donner aux citoyens une plateforme conviviale pour exprimer leurs opinions politiques et prendre connaissance de l’avis d’une majorité d’électeurs sur les affaires courantes de l’État, internes, européennes ou étrangères.

«Les images de gâchis par les agriculteurs sont-elles acceptables?» ; «Selon vous, le FN est-il diabolisé par la classe politique?» ; «Êtes-vous pour la possibilité de porter le voile dans la rue?» ; «Pour ou contre la légalisation du Cannabis?» ; GOV permet de connaitre la température du jour et de «prendre le poul» d’une société, pour en extraire les grandes tendances de l’opinion publique, aussi bien à l’égard des dossiers sensibles de l’actualité que pour évaluer le comportement des élus. Focus sur un réseau social actif.

 

«Météo politique» & «matrice des opinions»

 

Méthode ludique, GOV propose de noter les personnalités politiques via un système de points établi sous forme de bonus/malus. Cofondée par Bobby Demri, en association avec Pierre-Alexandre Teulié, ex conseillé de Christine Lagarde, GOV est une application mobile cofinancée par le duo Fred & Farid (secteur communication).

Une équipe inspirée aujourd’hui en quête d’un développement à l’international et d’une collaboration avec les grandes institutions gouvernementales. Stimulant l’intérêt des internautes, des politiques, et des acteurs de la vie sociale, GOV avait recueilli plus de 800 000 opinions, après quatre semaines d’existence, à la fin de l’année 2014.  Selon les cofondateurs de GOV, «80% des usagers reviennent sur l’application, une fois découverte.»

Surnommée dans la presse, «la voix des sans-voix», Bobby Demri confirme le succès de l’application mobile en déclarant avoir été approché par la compagnie américaine American Pegasus, le groupe danois North, ou encore SwissCorp, pour des investissements potentiels compris entre 1 et 3 millions d’euros.

 

L’avenir du Printemps Arabe

 

Dans les prochains mois, GOV pourrait se révéler telle une arme de lutte en faveur de la démocratie très efficace, notamment au Maghreb, pour installer l’évolution du Printemps Arabe.

Parmi les prochaines étapes, GOV devrait voir le jour en Tunisie. Aziz Krichen, ministre-conseiller du président Moncef Marzouki, se serait rapproché de la team GOV, exprimant ainsi le vœu d’implanter l’application sur le territoire tunisien, dans le cadre des prochaines élections.

Par ailleurs, les cofondateurs ont annoncé des négociations en cours avec différents leaders gouvernementaux, des chefs d’entreprises de l’Union européenne, ainsi que des investisseurs Maghrébins, «pour réfléchir au futur développement de l’application mobile dans différents pays.»

 

Marion Calviera

 

Utilisateurs de Smartphones, téléchargez l’application gratuite sur:

Apple Store

Google Play Store

NEWS

  • Rencontre avec Max Papeschi (Milan), auteur, réalisateur et artiste graphique engagé, la quarantaine flamboyante, le temps d’une interview dynamite. Voyage cynique au cœur d’«un cauchemar collectif» dans l’air du temps. Destination «Planète Papeschi», âmes sensibles s’abstenir. Par Marion Calviera   Punch liner n°1   Un saut vers l’inconnu Après avoir travaillé en tant qu’auteur et
    L’artiste polyvalente australienne Justine Khamara est une magicienne. Diplômée du Victorian College of the Arts, à Melbourne, en 2003 — avec les honneurs de ses professeurs —, son univers oscille entre photographie, sculpture et architecture visuelle, pour une griffe immédiatement reconnaissable.     Maître en l’art de la distorsion, de la destructuration, le talent de

POINT PRESSE

Politique

Economie

Média

L'interview

Money Planet

Les planches du mag

Chroniques de l'Eau