L’invité: Gilles Delieuze, «Fréquence Dauphin»

Spiritualité quantique et réalité polymorphe

 «Sortir d’une forme de robotisation, d’une forme d’emprise mentale…»

 

Cap sur l’âme du Pacifique grâce à Gilles Delieuze, praticien énergétique, accompagnant, auteur et conférencier, initié à l’enseignement thérapeutique des fréquences dauphins. Dialogue en quête de spiritualité Ho’oponopono, une technique de libération énergétique hawaïenne ancestrale.

 

 

Voyage au cœur de la dimension du Soi vers une compréhension des espaces multidimensionnels, en quête d’un bien-être orchestré à la nanoseconde, simultanément subtil, subjectif, originel donc inclassable. Par Marion Calviera

 

L’inclassable

«Je ne m’enferme pas»

 

«L’Homme est semblable à une étoile composée de cristal. Nous sommes comme le cristal de cette forme, taillés en étoile. Nous pourrions nous dire qu’au cœur même de ce cristal se trouve notre essence. Mais notre essence n’est pas notre âme. Notre essence est une composante plus collective encore qui se vit par le biais de différentes émanations dont l’âme est l’une d’entre elles. Pour certaines, au cœur des dimensions; pour d’autres, sur certaines lignes temporelles.»

 

Entre visions et contacts chamaniques, intuition, ouverture et «Ascension», Gilles Delieuze accède naturellement «à des données matricielles originelles nous permettant, sur l’ensemble de nos lignes temporelles et dans notre multidimension, d’incarner notre Divinité»; en complément d’un savoir-faire holistique de longue date. En tant qu’éveilleur de conscience, le praticien énergétique suggère de percevoir, recevoir et travailler «directement» — traduire «sans filet» — en accord avec l’influence positive des forces présentes dans le Cosmos: son, langage galactique, vibrations…

Initié à l’impact des fréquences vibratoires selon différents rituels issus de l’Océan Pacifique (Hawaï, Tahiti, Nouvelle Calédonie…), Gilles Delieuze propose une mise à disposition d’outils spirituels et bioénergétiques en vue d’accompagner le bien-être quotidien de même que la levée du voile «des  personnes qui se sentent en résonance», vers la découverte et la connexion de l’Être à sa source profonde, «totale», «absolue».

Nouveau portail, nouveau vortex, encodage(s) via rituels ancestraux, restructuration de l’électromagnétisme déficient, (re)vitalisation du corps, du cœur, de l’âme et de l’esprit, renforcement de l’aura, augmentation du taux vibratoire, transmutation des formes-pensées obsolètes ou limitantes, dynamisme, détermination, télépathie, intellect, accélération du développement du code ADN, l’approche que Gilles Delieuze enseigne est relative à l’ouverture du champ de conscience et du plein potentiel intuitif- créatif, lové en premier lieu dans le chakra du cœur.

 

Le boto ou dauphin rose de l’Amazone (également nommé Inie de Geoffroy), une espèce de mammifère appartenant à la famille des odontocètes. Ce dauphin vit "exclusivement" en rivière (dauphin d'eau douce). Photo © samuitimes.com

« Le lien entre la Fréquence Dauphin et le Cosmos se retrouve dans les grandes civilisations ancestrales: Aborigènes, Polynésie, Afrique (…), pour ne citer qu’eux. » (G.D.). Photo: Boto, dauphin rose de l’Amazone (Inie de Geoffroy), famille des odontomètres, vit exclusivement en rivière (dauphin d’eau douce). Image © samuitimes.com

 

Dialogue entre un interprète de l’âme et une journaliste

Interview Qui suis-je ?

 

signo-de-interrogacion_318-52837

 

Si Gilles Delieuze était …

People Act:

Un animal totem ? (Rires)

Gilles Delieuze: (Rires) On pourrait penser au dauphin mais le dernier animal que j’ai rencontré à Hawaï, le mois dernier, la mangouste, m’a touché en plein cœur. Elle s’est probablement présentée à moi comme un nouvel allié. — D’après un principe chamanique universel.

PAM: Une pensée ?

G.D.: La sérénité

PAM: Un mot ?

G.D.: Paix

PAM: Un son ?

G.D.: «OM»

PAM: Une note ?

G.D.: Fa – la note qui vibre avec le chakra du cœur. Elle nous permet de tout ramener vers le cœur et de vivre par cette voie comme nous l’entendons.

PAM: Une fréquence ?

G.D.: Galactique, car je me vis très proche des frères des étoiles dont je transmets les messages et vibrations.

PAM: Une vibration ?

G.D.: «Dauphin», je suis tellement reconnaissant à ces fréquences et états de conscience de m’avoir permis d’être l’un de leurs intermédiaires pour diffuser la Joie, la Paix, l’Amour en chaque coeur.

PAM: Une couleur ?

G.D.: Le vert pour le chakra du cœur mais aussi pour la nature intérieure/extérieure qui me porte au quotidien. Vert aussi comme le rayon de guéri-son.

PAM: Une planète ?

G.D.: Vénus pour sa douceur, sa fréquence harmonieuse, sa fréquence d’amour. On peut asséner une vérité et braquer une personne en la prenant en otage de notre modélisation. Seule la douceur et l’Amour, à mon sens, ouvrent la Voie à un vécu pacifié, tous ensemble, main dans la main.

PAM: Une galaxie ?

G.D.: Plutôt Les Pléiades, un amas d’étoiles. Les Pléiades sont chères aux Mayas comme aux Aborigènes, peuples chers à mon coeur. Au travers d’eux, j’ai la sensation d’avoir remonté le chemin jusqu’à ces étoiles et constellations qui vivent désormais aussi en moi.

PAM: Une étoile ?

G.D.: Sirius, pour son aspect vibratoire delphique et cristallin.

PAM: Une larme ?

G.D.: De joie ! Parce qu’au delà des larmes de peine, les Dauphins m’ont permis de goûter combien la Joie est un sentiment puissant, un guide sur notre chemin, qui émeut encore plus profondément que la souffrance. En empruntant la voie de la Joie, je me surprends souvent à offrir ces larmes, témoins de la beauté de ce qui m’entoure et qu’au travers d’elles, je reconnais…

PAM: Un coup de gueule ?

G.D.: L’intolérance ! Serais-je intolérant à l’intolérance? Ahah

PAM: Un coup de cœur ?

G.D.: L’art, sous toutes ses formes. Disons, la création de la forme sous tous ses aspects, j’y suis très sensible. À mon sens, l’art indique une révélation. L’expression artistique représente la manifestation de tout ce que l’on capte, de tout ce qui nous touche, des vibrations. L’art reflète ce à quoi nous donnons corps parfois même inconsciemment. L’art est le plus ancien vecteur de canalisation, mettant en forme ce que le monde éthéré nous insuffle.

PAM: Un rêve ?

G.D.: L’Unité…

Mais nous Sommes en marche, j’ai foi dans le fait que cela se réalise bientôt.
Particulièrement si chacun prend sa part d’unifier les parts dissociées en interne, celles qui ne se rencontrent pas ou s’affrontent. Comme le distille Ho’oponopono, le monde que nous vivons n’est que le reflet de ce qui se vit en nous. Si nous nourrissons la vision d’un monde divisé, c’est alors que nous le sommes encore à l’intérieur.

Fort heureusement, notamment face à l’adversité, de plus en plus de personnes s’ouvrent à la paix interne/externe et à la possibilité, par ricochet, d’un meilleur vivre ensemble.
Pour ma part, c’est mon leitmotiv, ce qui donne du sens à mon existence, croire que cela est possible et que nous pouvons, au delà des circonstances, des croyances, des opinions politiques ou religieuses… choisir de nous unir. Je m’efforce de m’en faire l’exemple, à ma manière, avec ce que je suis, tout comme je choisis de vivre mes rêves plutôt que de rêver ma vie.
Ainsi rêver d’unité, c’est déjà choisir de l’incarner.

PAM: Un espoir ?

G.D.: La fraternité…

Pour qu’au delà de nos différences nous ne remettions plus en cause ce qui, au premier plan, nous rassemble.
Cela rejoint l’unité. Notre culture véhicule une vision d’unité qui passerait par une conformité. Je crois au contraire que l’unité se vit dans la richesse de la diversité au sens de complémentarité. Où les multitudes de vérités entrent dans une synergie harmonieuse, et où, telles les pièces d’un puzzle, nous donnons ensemble, chacun avec sa coloration singulière, corps à une dimension plus large.

PAM: Un remède ?

G.D.: Un baume, apaisant. C’est vraiment le reflet de ce que l’on me renvoie lors des accompagnements. Pour moi être en amour est un baume, le plus grand des remèdes…

Au delà des techniques et approches, j’ai pu constater combien être ému devant la beauté saisie d’un être, dans sa profondeur, ses reliefs, ce qui se vit et que l’on capte puis qu’on reflète, est le plus puissant antidote à toute forme de sabotage ou d’auto-envoûtement.

« Peu importe qui tu penses être, ce que tu crois vivre, je t’aime… », c’est vraiment le reflet de ce que l’on me renvoie.

PAM: Une prière ?

G.D.: La fin d’une prière, plus précisément, une interprétation vibratoire très personnelle de «Amen». Lorsque je dis: «Et cela est». Cette formule désigne le pouvoir de création, le pouvoir d’ancrage, elle se traduit par «Voilà, je le choisis et je le signifie à l’Univers entier».

À mon sens cela fait toute la différence car le divin n’est pas extérieur à nous et sur ce plan nous sommes dotés du libre arbitre. En cessant de souhaiter, de vouloir mais en reprenant la responsabilité du choix, nous signifions notre adhésion totale à un plan, sans laisser de place à l’échec. Nous nous mettons alors à vibrer énergétiquement cette réalité et l’univers en prend acte et nous y répond par résonance magnétique.

PAM: Un conseil ?

G.D.: Aime-toi !

 

pranava--om--ios-7-symbole-d&-39;interface_318-35432

 

«Changer de regard»

Essence que rien ne peut altérer…

 

14 fréquences pour définir 14 Maitres siégeant au sein d’un groupe énergétique commun soit une puissante matrice subtile, d’inspiration collective. Ces 14 fréquences illustrent, colorent, la définition d’un système vibratoire correspondant au système corps-esprit. Elles interagissent et collaborent notamment avec 12 centres énergétiques vitaux — chakras —, actifs dans le corps physique. Sensibles, réactifs aux fréquences vibratoires, les chakras génèrent  des  colorations spécifiques dans des champs spécifiques. Focus sur l’encodage d’un programme bioénergétique comportant une logique, une manière de fonctionner, une perspective et nombre de vertus.

 

 

PAM: Fréquences dauphins = fréquences de l’âme?

G.D.: Oui, on peut dire ça, totalement. Une vibration de l’âme dans toute sa magnificence, si l’on parvient à s’entendre sur le concept et la définition de l’«âme». À mes yeux, la fréquence dauphin représente le plan le plus élevé d’unité, de lumière et d’amour, dans le cadre de notre dimension individualisée. Mais l’âme se fond également dans des plans subtils collectifs, jusqu’à la Source. Autrement dit, la fréquence dauphin se fait le reflet de notre divinité, celle de l’âme, en prenant l’axe de la Joie, de l’enthousiasme, de la légèreté, de la fluidité et bien sur de l’Amour.

Ces énergies sont là pour nous ramener à ce que nous sommes déjà depuis toujours et pour toujours, même si nous l’avons oublié. Et par dessous tout, ils nous offrent l’opportunité d’y revenir en s’accordant à un autre octave dans l’instant, déjouant la vision d’un cheminement linéaire et progressif d’évolution.

 

PAM: Comment traduire simplement ce rapport Cosmos-Dauphin?

G.D.: Quand je parle du dauphin, je n’évoque pas simplement l’animal. Je parle d’une fréquence, d’une conscience, d’un état d’être, certes, de la conscience ordinaire du dauphin — l’animal au sens incarné du terme — mais également d’une énergie qui dépasse la forme telle que nous la connaissons. Le lien entre la Fréquence Dauphin et le Cosmos se retrouve dans toutes les grandes civilisations ancestrales de l’Humanité: Aborigènes, Polynésie, Afrique, Mayas, pour ne citer qu’eux. Les dauphins, les baleines, par exemple, dénotent une composante «sacrée». Ces animaux-Maitres sont élevés au rang de divinités, ils tiennent une place importante dans l’histoire des religions chez ces peuples fondateurs.

 

L’interprétation des tables de Sumer tout comme des mythes Dogons témoignent que des dieux venus du Ciel auraient matérialisé une étendue d’eau dans laquelle ils se seraient matérialisés en dauphins, pour enseigner aux hommes.

 

G.D.: Mythologie, cosmogonie, le dauphin s’appréhende comme un trait d’union entre Ciel et Terre, mais il incarne également une espèce très adaptable, étant donné son passage de la terre à l’eau. Dans L’ancien secret de la Fleur de vie. Tome 2 (Broché), l’auteur Américain Drunvalo Melchizedek, expert en percées dans l’expérience humaine, met en exergue un rapprochement entre le dauphin et l’énergie christique.

À l’origine, le dauphin aurait incarné le symbole du Christ. L’approche antique et symbolique rejoint finalement la pensée occidentale: le dauphin parmi les hommes a toujours représenté l’emblème de l’ouverture du cœur, la joie, la spontanéité, l’enfant rieur, l’Enfant Divin, le fait de se laisser «Être». Émission d’ondes et connaissances bienfaitrices dont la résonance rejaillit dans chaque recoin de l’Univers. Si nous pouvons devenir Dauphin, nous sommes également en mesure de devenir Ange — matrice énergétique définie par les vertus qui la caractérisent — il faut s’ouvrir à la réalité subjective et s’harmoniser sur les fréquences adéquates.

Niveau delphique, de même qu’en angéologie, il faut être prudent et veiller à se connecter en alignement dans l’axe souhaité, le pôle positif, l’axe des vertus, de la source contactée. En réalité, nous sommes toujours en reliance avec ces énergies, ce qui va faire la différence va tenir à la manière dont on en intègre le message, l’énergie. Si nous la captons dans l’axe, elle sèmera en nous des vertus. Si, en revanche, nos voiles nous font capter le message de manière biaisée, nous nous pourrons manifester des effets moins complets ou harmoniques. Néanmoins, toute énergie reste pure dans son essence car elle est issue de la source. Ce sont nos conditionnements qui nous donnent à percevoir les choses autrement.

 

Méditation occulte: Position "Lotus", émanations énergétiques et vibratoires des sept chakras actifs. Photo © centrevolution.com

Méditation occulte, position du Lotus; émanations énergétiques et vibratoires des sept chakras actifs. Photo © centrevolution.com

 

PAM: «Tous» les hommes sur cette planète sont-ils dotés d’une «âme»?

G.D.: À mon sens, oui, inconditionnellement. Pour moi, les basses énergies n’existent pas à l’origine. Elles ne sont que les conséquences de blessures non pacifiées au gré des expériences. La physique quantique démontre aujourd’hui qu’il n’y a pas de séparation entre l’âme et le corps et combien nous sommes encore pétris d’égrégores, de mémoires passées, et de croyances autour des anciennes traditions — qui exprimaient comme elles le pouvaient la superposition de l’âme et du corps. C’était peut-être une traduction qui avait son utilité à un moment donné de l’Histoire de la Civilisation, mais nous possédons maintenant des outils à la pointe de la technologie pour infirmer ou confirmer des théories, puis offrir de nouvelles perspectives. Nous sommes dotés d’une conscience plus large, aujourd’hui, notamment grâce aux découvertes dans domaine de la physique quantique.

La physique quantique nous montre combien, quand nous touchons le bout de notre doigt, de notre orteil ou de notre bras, nous touchons notre âme. Le corps est déjà la densification de notre âme. Finalement, le corps incarne un prolongement, une manifestation différente d’une seule et même onde de vie. Il ne peut, à priori, exister de dissociation dans la nature même, entre l’âme et le corps. Si la vie s’inscrit dans la matière c’est qu’elle est forcément pourvue d’une âme, plus ou moins jeune, mais pourvue d’une âme. Une âme toujours pétrie de pureté. D’après ma perception, il n’existe — sur cette planète — que des âmes jouant des rôles. La dissociation âme-corps n’est donc pas une nature primordiale mais la conséquence liée à la croyance de dualité corps-esprit.

Elle est donc une réalité relative ou conséquente, qui peut prendre tant la forme d’un être dissocié ou non ancré, que d’un être coupé de sa part de lumière, qui se croit mauvais, générant donc des actes fidèles à sa vision. Il n’en reste pas moins que l’étincelle divine reste présente, l’âme, que nous lui ouvrions la porte ou non. Pour résumer chaque forme de vie a une âme, simplement, au gré des expériences, certaines ont pu amoindrir leur communion avec elle, mais rien n’est irrémédiable.

 

Quelques soient les actions commises au plan physique, les âmes ne sont pas forcément perdues dans une mécanique obscure. Elles ne sont pas en errance, elles ne sont pas dans la distorsion. Peut-être ces âmes sont-elles des maitres déguisés? À la vue d’un drame, je suis touché par les deux axes. Je suis ému par la douleur des victimes aussi bien que par la face cachée de l’agresseur, également fustigé. J’ai conscience pleinement du degré des souffrances endurées par les personnes touchées à travers de tels actes. Néanmoins, les individus sur lesquels nous allons canaliser nos sentiments de peur, de rejet, de haine, d’incompréhension et d’injustice, sèment probablement sur leur passage, un terreau tout aussi fertile à la provocation de l’Éveil. Une réflexion, une impulsion, une réaction universelle, permettant de progresser sur une voie nouvelle, différente, plus réceptive et plus ouverte, à la globalité de l’environnement. Et au-delà de leur acte qu’il convient de condamner s’il n’est pas conforme aux lois de notre monde, mon cheminement consiste à cultiver une vision d’Amour et et de Foi en chacun inconditionnellement. Exemplaire ou non, l’être (au sens d’âme) demeure parfait. Certains de ces êtres portent peut être aussi la blessure d’amour, se sont convaincus de ne pas être aimables et le traduisent en actes. Si j’amplifie son adhésion à sa croyance en le condamnant dans sa nature au delà de l’acte, je continue de nourrir ce que je fuis ou que je combats, tout en ne lui donnant pas la chance de renouer avec sa lumière. Si, en revanche, au delà, de la justice et de la morale que je laisse s’opérer, je choisis de nourrir un espace de paix, d’amour et de confiance, en renouant avec combien l’humain est bon au plus profond, alors je laisse la place à la manifestation d’une toute autre réalité.

 

G.D.: Il convient de toujours regarder une situation sur deux axes. L’axe horizontal d’égo à égo, d’incarnation à incarnation, sur lequel il est impérieux de se positionner, de dire non, de sanctionner ce qui, sur le plan de l’acte n’est pas correct. Dans son incarnation, la personne traverse une expérience au travers de laquelle elle doit répondre de sa responsabilité pour continuer de cheminer. Sur l’axe vertical, de coeur à coeur et d’âme à âme, une autre réalité fait jour. Le plan plus absolu de l’orchestration divine où, au-delà de la résonance personnelle sur le plan horizontal, chaque élément a un sens qui sert la justesse du plan global, comme nous offrir l’opportunité de nous unir.

Dans cette optique, cependant, il convient de ne privilégier aucun de ces deux axes, simplement les vivre en équilibre, je peux condamner un acte, une attitude, pas une âme…

Peut-être au delà, ces âmes ont-elles choisi de jouer le mauvais rôle pour nous faire toucher du doigt l’essentiel? En regardant l’actualité d’un œil isolé, lorsqu’on envisage les évènements comme un système à part entière, on peut se dire que c’est imparfait. Mais au regard d’un cycle complet, on peut comprendre la justesse du rôle que ces personnes ont accepté de jouer; donc toute la sagesse de l’âme — prête à jouer ce mauvais rôle — afin de nous permettre d’ouvrir la porte d’une nouvelle perception, vers un champ de conscience bien plus élevé. En d’autres termes, ces individus, au delà de l’horreur, nous offrent une opportunité de saisir notre plein potentiel.

Face à la douleur, l’injustice, nous pouvons toujours choisir de nous donner le meilleur de nous même: vous n’aurez pas ma haine… tu peux faire tout ce qui est en ton pouvoir pour me donner des raisons de te détester, tu ne pourras jamais m’empêcher de t’aimer….

 

PAM: Dans le cadre de vos séances, notamment lors du soin collectif Ascension, vous évoquez l’importance de la «matrice diamant», de la «trame platine» et du «filament carbone», pour expérimenter une élévation vers un espace originel, un «point zéro» ou «Source Une»; la multiconscience située dans la multidimension. Je cite: «programme parfait, virginal et pur». Précision(s)?

G.D.: La trame Diamant, trame unitaire, correspond à la fréquence unitaire du 14e Maitre Dauphin dont le message se traduit par « Je Suis l’Unité« . Il indique l’état statutaire d’une vibration harmonieuse, la béatitude, un état unitaire permanent, éternel, interdépendant de Ce Qui Est. Pour parler en terme de fréquence, il existe des treillis autour de la terre mais également autour de chaque organisme vivant. Les Maitres Dauphins m’ont enseigné que la vie est autorégulation. Ils m’ont montré que la mémoire ne serait pas chose nécessaire si nous étions correctement connectés, disons, aux bons réseaux. L’image pourrait ressembler à un standard des années 30, composé d’une multitude de fils emmêlés. Il y a des mises à jour à faire dans cette matrice parce que certaines sources ne sont plus d’actualité. Des informations jugées «optimales», il y a trente ans, sont actuellement périmées. Nous avons érigé le mental au rang de Maitre mais aujourd’hui le Maitre est fustigé — le mental n’y est pour rien — étant donné l’existence de pare-feux (résistances) à certaines fréquences chez l’être humain.

 

Saut quantique
La science a prouvé que les étoiles émettent un chant imperceptible à l’oreille humaine (son), du fond des abysses, les baleines entendent ce chant. Elles y répondent par leur propre chant. A la surface de la planète, l’humain ne peut être qu’impacté, plus ou moins consciemment, par ces fréquences. Nous connaissons également aujourd’hui le rayonnement magnétique du cerveau et du coeur et l’importance de leur cohérence dans le champ. Nous pouvons envisager ces trames comme des éléments susceptibles de nous ouvrir à un champ de cohérence élargie à partir de nos différents centres de vie. (Gilles Delieuze)

 

 

G.D.: En l’occurrence, certaines trames inactives ou inaccessibles pour notre champ de conscience jusqu’alors sont désormais disponibles dans notre environnement mais ne sont pas encore intégrées en nous. D’autres trames ont évolué, elles se sont mises à jour. La Dimension Diamant, Trame Diamant ou Matrice Diamant, représente la trame unitaire. Il faut l’imaginer en une multitude de Fleurs de Vie, superposées les unes aux autres, de manière de plus en plus large (loi exponentielle). Un peu à la façon de considérer les corps subtils, tel un système de poupées russes. À chaque point d’intersection de ce treillis, il existe des filaments de Lumière, selon mon interprétation, qui vont passer de cette trame individualisée — on peut envisager d’ailleurs que cette trame se vive également au niveau atomique, cellulaire, physiologique et ainsi de suite, jusqu’à nos corps énergétiques — pour aller ensuite se connecter via les filaments lumineux à une source collective, elle même de plus en plus large, jusqu’à atteindre la Dimension Source.

 

Fleur de vie: Univers? Multivers? Patrimoine universel...

Psychologie ésotérique: La Fleur de vie, Univers? Multivers? Patrimoine cosmique, divin, universel…

 

G.D.: Par le biais de ces filaments de Lumière, les informations vibratoires (données informationnelles) vont transiter pour une mise à jour constante, pétrie, des informations les plus actuelles et les plus optimales. Toutefois, si ces filaments sont branchés sur la mauvaise source ou bien entravés, étiolés, l’autorégulation est instable ou incomplète. On peut même interpréter le message transmis avec l’impression d’une interférence, un peu comme de la friture sur les ondes. Le sens de l’information rencontre alors des distorsions et la compréhension s’interprète à l’inverse du contenu exprimé. Nous sommes pétris de fréquences en provenance du cœur de l’Univers, du Cosmos, des abysses, de la Terre, de l’intra-terre ou encore de l’infra-terre, qui agissent sur ces trames. Il faut simplement comprendre et apprendre une nouvelle forme d’auto-pilotage du Soi; c’est le travail que je propose: être à l’écoute de ce qui est, sans résistance ni crainte que cette connaissance disparaisse, afin de la distiller d’une manière harmonique.

 

Le blanc réfléchit la lumière; le noir absorbe, il ne réfléchit aucune couleur. Le carbone n’est qu’une polarité du Diamant.

 

G.D.: La Trame Carbone (au même titre que le charbon) est un élément qui joue son rôle entre la matière et l’anti-matière. Elles symbolise le pendant de la Dimension Diamant mais cette fois-ci dans l’individualité et la dimension matérielle. Nous savons que les molécules diamant et carbone sont identiques mais qu’elles sont assemblées différemment. Deux types de créations bien distinctes à laquelle nous n’attribuons pas la même valeur.

Le charbon est aujourd’hui au cœur de diverses études qui visent à comprendre ses vertus potentielles. On ne l’envisage plus seulement sur la base d’un simple combustible. Le carbone et le charbon ont cette capacité d’absorber. Comment utiliser ce processus par biomimétisme, pour parvenir à en extraire les bienfaits? Comment absorber via un procédé fractal, toutes ces données au plan physiologique? La présence de charbon et de carbone démontre que ces deux molécules détiennent les composantes identiques à celles du diamant, ni plus ni moins, juste utilisées différemment. Le carbone vient atteindre notre Moi dans notre ADN, pour nous permettre de quantifier, d’intégrer, d’ancrer, de déposer, toute la Lumière que nous sommes déjà, au niveau le plus absolu et éthéré.

La Trame de Platine, quant à elle, possède sa propre spécificité. Elle nous ouvre à un certain niveau sur un plan plus horizontal. Ce plan commence à ouvrir le champ vers d’autres univers. La Trame Platine peut se définir comme un pont qui nous permet de nous extraire de l’idée que ce que l’on considérait comme une source infinie et le Tout, indique le signal d’un ensemble encore plus grand. Elle se ressent comme un treillis. À la manière d’astrophysiciens (c’est une des théories, tous ne la valident pas) évoquant la forme de l’Univers sur la base d’une multitude de facettes, le Multivers — dont notre univers ne représenterait qu’une facette — la Trame de Platine est activée depuis quelques mois seulement, un an et demi, tout au plus (il y a trois ans, personne n’en parlait). Elle nous permet de distiller progressivement de nouveaux flux, d’intégrer de nouvelles informations. Elle joue un rôle de conducteur, de connecteur vers l’accès à de nouveaux réseaux. Au-delà du portail, le platine implique le décodage, à chaque trame, d’un système bioélectrique différent. Par ailleurs, son aspect contenant lui permet de véhiculer de l’énergie.

Quand nous parlons de trame, le système comprend le conducteur et le véhicule. On parle de l’électricité, de la fréquence et du véhicule. Toute une architecture à (re)créer, étape par étape, point par point. Toute une architecture à (re)harmoniser sur le plan de notre sphère individuelle, de l’environnement qui nous entoure, du pays, de la planète, de la galaxie, du système solaire, etc… Il faut apprendre à cheminer par la voie de cette nouvelle conscience, ce que les praticiens de mon domaine — je ne suis pas le seul à diffuser ce genre d’enseignement, holistique et spirituel — apprennent à découvrir, à maitriser, à transmettre,  en pleine conscience, donc d’y donner corps plus intensément.

 

En savoir +

5 bonnes raisons de consulter l’Oracle des Maitres Dauphins
People Act Magazine: Gilles Delieuze, laissons parler la Vie. Vous proposez une version flash de l’Oracle des Maitres Dauphins, disponible gratuitement en ligne. Curiosité journalistique oblige, j’ai interrogé votre oracle autour des grandes questions spirituelles contemporaines, à l’occasion de la préparation de cette interview. Auriez-vous la générosité d’orienter les internautes sur les réponses obtenues? Thèmes évoqués lors du tirage: ici et maintenant, sens de la vie, avenir de l’Homme et dessein de la planète… Lire:  Session channelling avec Gilles Delieuze

 


 

Sur le même thème:
L’invité : Steve Carlin, Medium
Mucoviscidose: Arnaud Thuly, « La mort? Une vieille amie… »
METSA : « De l’ombre à La Lumière ; Voyages d’un guérisseur chez les chamanes »
« Paradis Blanc », l’art matérialise la spiritualité

L’invité du Mois
Interview Qui suis-je ? 
Propos recueillis  par Marion Calviera
© People Act Magazine 2013-2016
Toute reproduction interdite
Accéder au site de Gilles Delieuze
Chaine Youtube
Facebook

 

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

NEWS

  • Minthé Interview Qui Suis-Je ?   «Une personne sur dix dans notre monde n’a pas accès à l’eau, le plus basique, le plus vital des besoins humains. Une privation que nous, Occidentaux, n’imaginons pas endurer plus de 12 heures consécutives.  Un fait, 663 millions de personnes sur cette planète manquent d’eau. C’est une réalité, une
    Surprise des yeux   Dans une baignoire ou par le biais de ses montages photographiques, l’ancien acteur de film d’horreur, Robert Gligorov, dévoile son monde intérieur, des images exprimant ses fantasmes de mutation.     L’art ne fait qu’imiter la nature   D’origine macédonienne, Robert Gligorov est le Docteur Frankenstein de l’art mutant. Lui aussi

POINT PRESSE

Politique

Economie

Média

L'interview

Money Planet

Les planches du mag

Chroniques de l'Eau