French Tech Night: la casserole d’Emmanuel Macron?

Focus politique #05

Par Audrey Bernard

 

Le 8 mars dernier, le couperet tombe, l’inspection générale des finances (IGF) soupçonne un délit de favoritisme au cours d’un déplacement d’Emmanuel Macron à Las Vegas (USA).

 

Le candidat à la présidentielle jouit d’une grande notoriété notamment grâce à l’originalité de son mouvement. Les récents déboires judiciaires de ses concurrents ont renforcé sa popularité auprès des français. Pourtant, les doutes concernant le financement de sa campagne et son rôle dans l’affaire French Tech Night continuent de planer sur sa campagne.

 

Coup dur pour le leader du mouvement «En Marche !» dans sa course à l’Élysée. Après les scandales qui ont déferlé sur la campagne de François Fillon, Le Canard Enchaîné a continué ses investigations sur les vices cachés du candidat au profil politique ovni.

 

Les faits

Pas d’appel d’offres

C’est à l’occasion du «Consumer Electronic Show» de Las Vegas, en janvier 2016, que tout a
commencé. Durant le salon mondial de l’électronique, Emmanuel Macron, alors ministre de
l’Économie, est parti soutenir les entreprises labellisées «French Tech». Une appellation née
dans le but de valoriser le paysage high-tech français à l’étranger. En déplacement pour deux jours
dans la mythique ville américaine, le ministre a assisté à la «French Tech Night». Selon les
informations du Canard Enchainé, l’entreprise publique chargée de la promotion des entreprises
françaises à l’étranger, Business France, aurait confié l’organisation de la soirée à Havas, géant de
la communication, sans avoir effectué d’appel d’offres. Une erreur qui pourrait relever du délit de
favoritisme. En France, les marchés publics sont soumis à des règles: il faut procéder à un appel
d’offre pour assurer l’égalité de traitements des candidats et la transparence des procédures. C’est
par ces moyens que l’on justifie la bonne utilisation des deniers publics.

 

Pourquoi le nom d’Emmanuel Macron apparait-t-il ?

Le montant s’est élevé à 381 759 euros

L’organisation de l’événement, dont le montant s’est élevé à 381 759 euros, a été commanditée à
la demande du cabinet du ministre à Business France. L’entreprise, chargée de la promotion des
entreprises françaises à l’étranger à confié l’événement à Havas sans passer par un appel d’offre.
Emmanuel Macron, en tant que ministre de l’Économie, aurait donc fait preuve d’une négligence en
omettant de s’assurer du bon déroulement de la procédure.

 

Quelles conséquences pour le candidat ?

«Possible suspicion de délit de favoritisme à l’encontre du géant Havas»

Michel Sapin, actuel ministre de l’Économie et des Finances, a demandé une enquête auprès de
l’inspection générale des finances (IGF). Cette dernière révèle une «possible suspicion de délit de
favoritisme à l’encontre du géant Havas». Selon Michel Sapin, Emmanuel Macron serait «hors de
cause», la faute reposant exclusivement sur l’entreprise Business France, qui n’aurait pas respecté
les règles en vigueur concernant les marchés publics. De son côté, l’entreprise a reconnu son
erreur dans un communiqué. Une bonne nouvelle pour le candidat, dont l’image a malgré tout été
quelque peu entachée par l’affaire, surtout à la suite de nombreuses interrogations concernant le
financement de sa campagne. Emmanuel Macron reste néanmoins en tête des sondages au
coude à coude avec la présidente du Front National, Marine Le Pen. Sa dynamique parait
plus que jamais «En Marche!»…

 

Sondages Ifop: Malgré une légère perte de points dans les sondages, Emmanuel Macron est donné vainqueur au premier tour. Il devrait affronter Marine Le Pen au second tour. Capture d’écran ©IFOPOpinion

 

Audrey Bernard © PAM 2017

 

Sur le même thème:
Emmanuel Macron: «Accepter de rencontrer le corporatisme»

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

NEWS

  • Minthé Interview Qui Suis-Je ?   «Une personne sur dix dans notre monde n’a pas accès à l’eau, le plus basique, le plus vital des besoins humains. Une privation que nous, Occidentaux, n’imaginons pas endurer plus de 12 heures consécutives.  Un fait, 663 millions de personnes sur cette planète manquent d’eau. C’est une réalité, une
    Surprise des yeux   Dans une baignoire ou par le biais de ses montages photographiques, l’ancien acteur de film d’horreur, Robert Gligorov, dévoile son monde intérieur, des images exprimant ses fantasmes de mutation.     L’art ne fait qu’imiter la nature   D’origine macédonienne, Robert Gligorov est le Docteur Frankenstein de l’art mutant. Lui aussi

POINT PRESSE

Politique

Economie

Média

L'interview

Money Planet

Les planches du mag

Chroniques de l'Eau