France: Énergies, nouvelle problématique

Pour la ministre de l’Écologie, Ségolène Royal, les énergies arrivent au cœur de la problématique écologique et de la croissance économique en France.

 

COP21: Atomic Reflection par Boris Wilensky en exclusivité pour People Act Magazine. Extrait de l'ouvrage du photoreporter artistique, Hurban Vortex. Accéder à l'article.

COP21: Atomic Reflection © Boris Wilensky / People Act Magazine 2015. Extrait exclusif de l’ouvrage Hurban Vortex du photographe artistique parisien.

 

 

Durant la COP21, «la France a su se relever après des attentats terribles, se ressaisir et relever la tête» pour «réussir un conférence mondiale aux actions concrètes», «une grande fierté», a déclaré Ségolène Royal quelques heures après l’adoption de l’accord de Paris sur le climat. Concrètement, malgré les résistances générales rencontrées depuis de nombreuses années, la ministre de l’Écologie a confirmé une nouvelle dynamique face à l’approche des énergies inscrites dès maintenant au cœur de la problématique écologique et de la croissance économique en France.

 

Relance des investissements, de la croissance, de la compétitivité, de l’ingéniosité made in France, par le biais d’«un accord ambitieux, universel et contraignant», ayant dépassé les intérêts légitimes de chacun, selon les termes du président de la République dans son discours de remerciements après adoption du texte, samedi 12 décembre, devant 195 gouvernements.

 

La France accède à sa transition énergétique

 

La France va accéder à sa transition énergétique grâce à la COP21 et l’accord de Paris, a expliqué Ségolène Royal, dans un secteur high tech où les énergies françaises sont particulièrement bien placées, en matière d’innovations. Un point positif en vue de stimuler les investissements sur lesquels les entreprises sont particulièrement performantes, a rappelé la ministre de l’Écologie. Pour Ségolène Royal, le tour de force diplomatique français à l’occasion de «cette rencontre historique» devrait permettre «une montée en puissance» de l’économie verte donc participer à une relance active de la croissance française.

 

Les individus doivent se réapproprier l’économie

 

Les investissements décidés à l’occasion de la COP21 devraient soutenir le marché des énergies renouvelables, des véhicules électriques car «les citoyens veulent être des citoyens de la planète», selon Ségolène Royal. Nouvel objectif, retrouver du pouvoir d’achat et regagner du terrain sur le bien-être et la santé. Des investissement propres, neufs, en vue du développement d’une société urbaine contemporaine et de profits d’entreprises agissant en pleine conscience de la fragilité de l’environnement global. Toutefois, le prix universel du carbone, objet initial de ce grand rassemblement historique, n’a pas été déterminé ni intégré au texte de l’accord de Paris.

L’action manque encore, d’après les experts, d’une politique sérieuse autour des outils à employer pour réduire globalement les émissions de CO2. Tout le travail reste à faire concluent finalement les observateurs actifs dans les médias. D’après l’organisation mondiale écologiste Greenpace, satisfaite d’une partie du résultat de la réunion exceptionnelle, «beaucoup de bonnes choses apparaissent dans cet accord», la seule solution vers un succès universel consiste dorénavant en une rupture définitive et immédiate avec l’exploitation des énergies fossiles — dont le terme n’existe pas dans le texte adopté cette semaine. Ici, les voies de la facilité et du hasard n’auront définitivement aucune place dans les années à venir, empreintes d’une urgence climatique aux yeux d’une nature exponentiellement capricieuse.

 

Flashback: COP21, une partie d’échec mondiale

 

Le texte prévoit en priorité 100 milliards de budget par an, premier versement collectif en 2020, incluant une clause de révision régulière du futur fond commun, à moyen terme. Objectif majeur, limiter la hausse du réchauffement de la planète à 1.5 degré, au lieu de 2 degrés comme prévu par les accords de Copenhague et maintenir des conditions climatiques globales «gérables» pour l’humanité.

Chaque année, 100 milliards seront mis en jeu à titre universel sur la table d’une partie d’échec mondiale. La mesure contraignante devrait prendre effet entre 2020 et 2023 — au lieu de 2017 comme le souhaitait initialement la France — mais il prévoit une révision des objectifs écologiques et financiers à la hausse tous les cinq ans, à compter de 2025.

 

Marion Calviera
© PAM 2015

 


Boris Wilensky

www.hurban-vortex.com
www.facebook.com/hurbanvortex
www.boriswilensky.com
www.facebook.com/boris.wilensky 
   

NEWS

  • Minthé Interview Qui Suis-Je ?   «Une personne sur dix dans notre monde n’a pas accès à l’eau, le plus basique, le plus vital des besoins humains. Une privation que nous, Occidentaux, n’imaginons pas endurer plus de 12 heures consécutives.  Un fait, 663 millions de personnes sur cette planète manquent d’eau. C’est une réalité, une
    Surprise des yeux   Dans une baignoire ou par le biais de ses montages photographiques, l’ancien acteur de film d’horreur, Robert Gligorov, dévoile son monde intérieur, des images exprimant ses fantasmes de mutation.     L’art ne fait qu’imiter la nature   D’origine macédonienne, Robert Gligorov est le Docteur Frankenstein de l’art mutant. Lui aussi

POINT PRESSE

Politique

Economie

Média

L'interview

Money Planet

Les planches du mag

Chroniques de l'Eau