Expo From & To : l’expérimentation se moque des frontières

Cap sur la Villa Arson à Nice pour une visite de l’exposition From & To, un bel exemple du nomadisme des artistes et d’un art actuel globalisé. Jusqu’au 19 janvier, l’évènement réuni cinq artistes français, cinq artistes italiens, via une collaboration entre deux institutions artistiques: la Villa Arson, école nationale d’art dotée d’un centre d’art  et le Kunst Meran Merano Arte de Rispariamo, musée d’art contemporain tourné vers la recherche.

 

© Leimer_Schwarzer

Sonia Leimer, Table ronde, 2014
 & Leander Schwarzer, 
Independance, 2014. Photo Villa Arson / Jean Brasille

 

Ainsi, dix artistes émergents ont été invités à réaliser ensemble une exposition. Aucune thématique n’a été imposée, bien au contraire. C’est une grande liberté qui a été proposée à ces artistes. Liberté de création accompagnée d’un budget pour la production de nouvelles pièces. From & To était donc un véritable pari pour les directeurs des deux structures et le résultat présenté à la Villa Arson ne nous a pas déçu.

 

Dans les espaces labyrinthiques de la Villa, le visiteur rencontre des individualités artistiques, des propositions communes, des correspondances entre les univers de ces jeunes artistes.

 

 

Petite sélection…

 

Certaines des œuvres correspondent de façon formelle et intime par un accrochage pensé et réussi. Premier exemple: les pièces de Sonia Leimer et de Leander Schwazer.

La sculpture en forme de table de la première enchâsse différents types de tables de notre quotidien: table d’échec, table ikéa quasi iconique du design des années 2000, guéridon années 50… Sonia Lemer emprisonne ces supports aux usages distincts en une unique table dont la forme évoque les tables de négociations internationales.

Son association avec Indépendance, photographie de Leander Schawanzer raconte le récit fictionnel de la négociation d’un conflit militaire qui hélas n’aurait pas abouti à une solution pacifique.

D’autres pièces présentées expriment le dialogue instauré entre les artistes comme le projet Dominum Melancholia de Tony Fiorentino. Ce dernier a demandé aux artistes du projet d’intervenir sur des plaques de zinc aux mêmes mesures que la célèbre Melancholia I, gravure d’Albrecht Dürer (1514).  Les plaques de zinc sont immergées dans une solution qui va créer une réaction chimique. Elles se recouvrent progressivement d’une sorte de mousse et vont se dissoudre jusqu’à disparaître… L’idée forte de ce projet – comme résultat d’une collaboration le temps d’une exposition – se dissout elle-même dans des aquariums. La collaboration artistique serait-elle vaine ?

 

Tony Fiorentino, Dominum Melancholia, 2014
. Photo: Villa Arson / Jean Brasille

Tony Fiorentino, Dominum Melancholia, 2014
. Photo: Villa Arson / Jean Brasille

 

Diane Blondeau, Vivien Roubaud et Thomas Teulai réussissent avec brio l’exercice l’œuvre collective. Jambes de bottes (de l’anglais Bootlegg), par son volume, sa complexité plastique et la puissance de l’environnement sonore qu’elle crée sidère le visiteur, trivialement le scotche. Un bootlegg, c’est un enregistrement illégal d’un concert, c’est le mix de 2 morceaux pour en faire un troisième… Et bien là, nous sommes face à l’expression plastique de ce principe: trois «machines», agglomérats de mécanismes, câbles et plastique fondu occupent l’espace, s’animent, un son distordu envahit l’espace… Cette installation est tout autant une archéologie de technologies passées qu’une projection dans un futur où des bricoleurs de génie pourront faire fonctionner à nouveau un saphir de platine trouvé dans le sable….

On le voit, associer de jeunes artistes pour un projet d’exposition collective sur des principes de collaboration et d’échange est une prise de risque. Pari ici réalisé, dans la réussite de certaines rencontres entre artistes prometteurs, en attendant l’exposition «retour», présentée entre le 7 février et le 12 avril 2015 au Kunst Meran Merano Arte.

 

 

 

En savoir +

FROM & TO 

Villa Arson – Nice 06

Jusqu’au 19 janvier 2015

 

FROMandTOfinal

 

Artistes exposés : Diane Blondeau, Lorraine Châteaux, Quentin Derouet, Tony Fiorentino, Julia Frank, Sonia Leimer, Roberto Pugliese, Vivien Roubaud, Leander Schwazer et Thomas Teurlai.

 

Reportage:

Prisca Mounier

© PAM 2014

NEWS

  • Minthé Interview Qui Suis-Je ?   «Une personne sur dix dans notre monde n’a pas accès à l’eau, le plus basique, le plus vital des besoins humains. Une privation que nous, Occidentaux, n’imaginons pas endurer plus de 12 heures consécutives.  Un fait, 663 millions de personnes sur cette planète manquent d’eau. C’est une réalité, une
    Surprise des yeux   Dans une baignoire ou par le biais de ses montages photographiques, l’ancien acteur de film d’horreur, Robert Gligorov, dévoile son monde intérieur, des images exprimant ses fantasmes de mutation.     L’art ne fait qu’imiter la nature   D’origine macédonienne, Robert Gligorov est le Docteur Frankenstein de l’art mutant. Lui aussi

POINT PRESSE

Politique

Economie

Média

L'interview

Money Planet

Les planches du mag

Chroniques de l'Eau