Camion fou à Berlin: Au moins 12 morts et 48 blessés

Dernière mise à jour : mardi 20 décembre 2016 à 10.53 am

 

Un poids lourd de 44 tonnes fonce sur la foule, à Berlin, en début de soirée, lundi 19 décembre, au cœur du marché de Noël en centre-ville; devant l’église du souvenir — Kirche, aussi appelée Gedächtniskirche. À 23h36, la conclusion de ce qui semble incarner, d’après Washington, un acte terroriste a été confirmée, mardi 20 décembre, à onze heures, par la chancelière Angela Merkel, visiblement marquée par l’évènement durant son allocution.

 

Bilan provisoire: Au moins 12 morts et 48 blessés, de nombreuses victimes dans un état critique. Malgré l’émotion ambiante, le calme règne spontanément sur la scène du drame. Le conducteur du semi-remorque, un homme en fuite, âgé de 23 ans, traqué par un témoin, a été interpellé rapidement par le service d’ordre. Le suspect en possession de papiers pakistanais est actuellement en cours d’interrogatoire dans les locaux de la Police. L’insurrection de l’extrême droite allemande entame sa course. L’opposition accuse maintenant la chancelière de laxisme en matière d’immigration et de politique sécuritaire intérieure.

 

germany-christmas-mar_horo-e1482180999681-635x357

Le camion a été déplacé, mardi matin, pour analyse dans les locaux de la Police. AFP PHOTO / Odd ANDERSEN

 

François Hollande a présenté ses condoléances à Angela Merkel; «Les Français partagent le deuil des Allemands». «Ce qui vient de se produire est un choc. C’est une situation vraiment dramatique (…), mais elle est maintenant sous contrôle (…)», a témoigné devant les caméras le maire de Berlin.

 

Le camion a effectué un trajet évalué entre 50 et 80 mètres en fonçant sur la foule, en plein cœur du village de Noël, aux portes d’une église, «sur les Champs Élysées allemands». Le conducteur du camion, après avoir tenté de prendre la fuite, à été interpellé par les forces de l’ordre. À cette heure, le suspect est interrogé par la Police. Un corps sans vie non identifié a été retrouvé à l’intérieur du camion, côté passager.

Le chauffeur de nationalité polonaise, responsable du poids lourd de 44 tonnes (immatriculé en Pologne) n’était pas celui qui se trouvait au volant du véhicule durant l’attaque. Le chauffeur initial du poids n’a toujours pas donné signe de vie, son employeur et sa femme le recherchent activement. «Le camion immatriculé en Pologne, son propriétaire confirme la disparition de son chauffeur», d’après une source Figaro. La livraison prévue aujourd’hui n’a pas été effectuée, entre le début de l’après-midi et l’instant de l’attaque, concernant le chauffeur présumé du véhicule. Pour l’heure, l’enquête suit son cours.

 

Aucune mesure d’anticipation en amont des fêtes

 

L’Allemagne, deuxième cible européenne dans le collimateur de l’EI (Syrie et Irak), après la France. Malgré de nombreuses alertes, des attentats déjoués de justesse et des attaques isolées à la chaine, été 2016, les jours suivant l’attentat de Nice, aucune mesure particulière ne semble pourtant avoir été prise par le gouvernement allemand, à l’occasion des fêtes de Noël à Berlin, étant donné l’espace central gouvernemental, déterminé libre dans cette zone.

Une voie publique comme une autre, une grande avenue de Berlin où, d’après les experts français en sécurité, «un camion qui fonce sur la foule à cet endroit de la ville est littéralement inarrêtable (…)». À 22h36, François Hollande a exprimé «sa solidarité et sa compassion» à la chancelière Angela Merkel, «au peuple allemand et aux familles des victimes de Berlin». L’Allemagne sous le choc car l’attaque du 11 septembre 2001 fut préparée en amont, à Hambourg. Le gouvernement allemand tenta d’alerter la coalition internationale autour d’une menace djihadiste grandissante, en réaction à l’épisode Ground Zero, instaurant une première politique expérimentale de déradicalisation — ou méthode souple —, vers une réinsertion prioritaire de la jeunesse germanique issue de l’immigration, en proie à ce phénomène mortifère.

Relativement épargnée par la grande vague d’attentats, en 2015, de même qu’au cours de l’année 2016 (une série d’actes isolés d’après le gouvernement), l’Allemagne jadis moins inquiète que l’Hexagone en matière de politique intérieure doit maintenant se soumettre à appréhender la menace globale pour ce qu’elle est réellement, un état d’urgence général. Objectif fondamental, protéger le peuple avec le regard de la gravité, non celui de l’espérance. En Europe, à l’aube de l’année 2017, il parait désormais évident que le risque zéro n’existe nulle part. Depuis le traumatisme engendré par l’empreinte Nazi, à la fin de la Seconde Guerre Mondiale, le vote du Parlement rend aujourd’hui excessivement sensible une potentielle intervention militaire sur un sol extérieur. L’instauration d’un plan sécuritaire intérieur aussi strict qu’en France se révèle technocratiquement tout aussi complexe. Une conscience moindre du risque contemporain, selon de nombreux observateurs politiques, cette nuit, face au nouveau désastre.

 

Marion Calviera © PAM 2016

 

En savoir +

Tentatives et attentats non-revendiqués

 

« – En septembre 2015, un Irakien de 41 ans, en liberté conditionnelle après avoir été détenu pour appartenance à une organisation « terroriste » et un projet d’attentat contre un premier ministre irakien en 2004, est tué par la police après avoir blessé au couteau une policière à Berlin.

– En février 2016, une adolescente germano-marocaine de 16 ans blesse grièvement au couteau un policier en gare de Hanovre. Cette action a été menée « sur ordre » du groupe Etat islamique, selon la police, bien qu’elle n’ait jamais été revendiquée.

– Le 22 juillet, à Munich, un déséquilibré ouvre le feu en fin d’après-midi dans un centre commercial et fait neuf morts et 35 blessés, avec un pistolet acquis illégalement.

– En octobre, après une chasse à l’homme de 48 heures, les autorités ont arrêté à Leipzig le jeune Jaber Al-Bakr, 22 ans, un Syrien qui projetait un attentat contre un aéroport de Berlin, selon le chef du renseignement intérieur, Hans-Georg Maassen. Il avait été livré, ligoté par des câbles électriques, par trois Syriens chez qui il s’était réfugié sans révéler son identité. Deux jours après son arrestation, il s’est suicidé dans sa cellule.

– Le 16 décembre, les autorités ont annoncé qu’un enfant germano-irakien de 12 ans, « radicalisé » était soupçonné d’avoir voulu faire exploser fin novembre un engin comportant des clous à deux reprises, dont une fois sur un marché de Noël à Ludwigshafen. Son appareil de fabrication artisanale n’a cependant pas fonctionné.

Ces derniers mois, les autorités allemandes ont annoncé plusieurs arrestations de personnes soupçonnées de préparer des attentats. Fin novembre, l’Office de protection de la Constitution (OFV) a confirmé l’arrestation – dévoilée par Die Welt et Der Spiegel – d’un de ses membres, qui préparait un attentat contre ces services, à Cologne. »

Source : Allemagne : en 2016, une série d’attaques ont choqué le pays, Le Monde.fr avec AFP | • Mis à jour le

 

 

Témoignages : Nice, Noël 2016 tout en sécurité

Attaque à Nice: fil des évènements

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

NEWS

  • Minthé Interview Qui Suis-Je ?   «Une personne sur dix dans notre monde n’a pas accès à l’eau, le plus basique, le plus vital des besoins humains. Une privation que nous, Occidentaux, n’imaginons pas endurer plus de 12 heures consécutives.  Un fait, 663 millions de personnes sur cette planète manquent d’eau. C’est une réalité, une
    Surprise des yeux   Dans une baignoire ou par le biais de ses montages photographiques, l’ancien acteur de film d’horreur, Robert Gligorov, dévoile son monde intérieur, des images exprimant ses fantasmes de mutation.     L’art ne fait qu’imiter la nature   D’origine macédonienne, Robert Gligorov est le Docteur Frankenstein de l’art mutant. Lui aussi

POINT PRESSE

Politique

Economie

Média

L'interview

Money Planet

Les planches du mag

Chroniques de l'Eau