Attaque à Nice: fil des évènements

Nice théâtre d’une attaque dans la soirée du 14 juillet vers 22h30
– Dernière mise à jour à 12h20 –

« C’est une horreur, un drame de grande ampleur », explique Éric Ciotti, député, président du département des . A cette heure, 84 morts recensés. Priorité: entourer les victimes et les familles endeuillées, affronter, faire face, rester lucide, a déclaré Christian Estrosi en direct de BFM TV. Manuel Valls et le chef de l’État se sont entretenus à l’Élysée.

 

Le bilan s’alourdit pour passer de 75 à 84 morts. François Hollande s’est exprimé à l’occasion d’une allocution TV solennelle. Bernard Cazeneuve s’est rendu sur place. Les familles des victimes et les personnes choquées par l’attaque sont actuellement prises en charge par des psychologues. Plan Blanc et dispositif Orsec déclenchés. Marisol Touraine, ministre de la Santé, a rejoint les hôpitaux niçois. Les autorités organisent les unités de coordination, les services de la Défense tentent de déterminer la nature de l’acte. La police scientifique se trouve également sur place.

 


Ligne d’urgence : 04 93 72 22 22

alerte-presse

 

 

Circulation des voitures à éviter en centre-ville de Nice pour permettre aux services d’intervenir au regard « d’un évènement criminel de grande ampleur ». Pour l’heure, les autorités évoquent « un acte criminel ». L’attentat n’est pas confirmé ni revendiqué. Depuis 23h15, la ville était en effervescence, les ambulances et les groupes d’intervention agissent dans tous les hôpitaux et les quartiers du centre ville. Les services de secours ont quitté la zone, les victimes ont été dirigées vers les centres médicaux, peu avant 2 heures du matin. La carte d’identité d’un homme de 31 ans a été retrouvée dans le camion, selon une source BFM TV, à 3h36.

 

Fil des évènements

 

3h36:

La carte d’identité d’un homme de 31 ans a été retrouvée dans le « camion fou », selon une source BFM TV

 

1H51: Bilan provisoire 70 morts au moins 100 blessés. Le parquet antiterroriste ouvre une enquête. Pas de prise d’otage.

1h35: Témoignage People Act = « Nous y étions avec mon frère, c’était juste en bas de la maison, on courait à contre-courant pour aider mais que des morts…(…). Les gens étaient projetés… (…) ». Membres déchiquetés, organes gisant sur le sol, corps d’enfants démembrés, les dégâts sont terribles, les détails des dommages épargnés aux internautes.

1h11: « Le chauffard a tiré sur la foule », selon Christian Estrosi. « Le camion était chargé d’armes et de grenades factices », a indiqué le président de région, ancien maire de Nice. Dernier bilan: au moins 70 morts et une centaine de blessés.

00h52: Un bilan de 60 morts désormais évoqué par les autorités sur BFM TV. Les premiers témoignages parlent d’un camion fendant la foule parmi les piétons, du quartier du port jusqu’au milieu de la promenade des anglais. « Le camion est criblé de balles, un hôpital de fortune a été aménagé dans un club-bar réquisitionné d’urgence ». Les Niçois sont invités à rester chez eux; un seul homme mentionné par les autorités et les médias, sans prise d’otage. La police scientifique de Lyon est en route pour une étude approfondie des lieux.

00h13: L’une de nos amies, Isabelle T., présente sur les lieux, témoigne: « On a essayé de donner un coup de main avec mon frère, mais que des cadavres… ». Pendant ce temps, les Niçois se manifestent sur les réseaux sociaux pour se signaler en sécurité. Les portes des habitants s’ouvrent en ville pour accueillir les piétons qui souhaitent se réfugier, les hôtels proposent également des espaces d’accueil. Le président de la République a quitté Avignon pour rejoindre la cellule de crise parisienne.

23h50: Un camion blanc a foncé dans la foule, sur la promenade des anglais, sur plusieurs centaines de mètres, à l’occasion du feu d’artifice, dans le quartier le plus touristique de la ville. D’après les premiers témoins, le bilan est lourd: « une voiture est montée sur le trottoir, elle a foncé dans la foule, la police a demandé des draps peut-être pour recouvrir des morts. Nous avons entendu des tirs mais je ne sais pas s’il s’agit de la Police ou de terroristes ».

23h30: Les informations et les témoignages arrivent progressivement, la préfecture confirme un acte criminel. « Peut-être qu’une soixantaine de personnes sont décédées ce soir, probablement une centaine de blessés. Le chauffeur a été abattu, après avoir également tiré dans la foule ».

 

25,000 azuréens ont participé à la marche silencieuse, samedi 10 janvier 2015, à Nice, en hommage aux victimes des attentats qui ont frappé Paris du 7 au 9 janvier 2015. Sur les lieux où s’est déroulé le drame dans la soirée du 14 juillet 2016.

 

 

 

© PAM 2016

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

NEWS

  • Rencontre avec Max Papeschi (Milan), auteur, réalisateur et artiste graphique engagé, la quarantaine flamboyante, le temps d’une interview dynamite. Voyage cynique au cœur d’«un cauchemar collectif» dans l’air du temps. Destination «Planète Papeschi», âmes sensibles s’abstenir. Par Marion Calviera   Punch liner n°1   Un saut vers l’inconnu Après avoir travaillé en tant qu’auteur et
    L’artiste polyvalente australienne Justine Khamara est une magicienne. Diplômée du Victorian College of the Arts, à Melbourne, en 2003 — avec les honneurs de ses professeurs —, son univers oscille entre photographie, sculpture et architecture visuelle, pour une griffe immédiatement reconnaissable.     Maître en l’art de la distorsion, de la destructuration, le talent de

POINT PRESSE

Politique

Economie

Média

L'interview

Money Planet

Les planches du mag

Chroniques de l'Eau