« El Merkado » : 5 bonnes raisons d’adopter l’heure espagnole

 

Le bar El Merkado à Nice. Photo Florian Lévy.

Le bar El Merkado à Nice. Photo : Florian Lévy.

Le 13 juillet prochain, El Merkado fêtera sa première année d’existence. Ce bar à tapas de la rue Saint-François de Paule dans le Vieux-Nice est devenu «the place to be» ! Une success-story méritée. Sangria et tapas, DJ tous les soirs, déco vintage, cocktails originaux et service accueillant constituent la recette alléchante de ce lieu qui en a conquis plus d’un.

El Merkado, c’est aussi l’histoire d’une amitié de 10 ans entre les deux gérants : Kévin Lalanne et Olivier Daniel, exs du Ma Nolan’s. Ces deux passionnés de la culture du bar se sont inspirés de leurs voyages pour créer le concept El Merkado: «Un lieu accessible pour les trentenaires loin du bling bling de la Côte d’Azur», narre Olivier.

Ces deux trublions organisent régulièrement des événements. A venir: le 5 juin avec le lancement de la marque «hello it s me». La musique y est toujours à l’honneur puisque le festival Crossover y fera ses before le 28 mai ainsi que les 10 et 16 juin. Du 21 juin au 12 juillet El Merkado sera l’un des lieux du jazz off. La musique sera également au rendez-vous le 29 juin avec une bourse aux disques et une session open vinyls.

 

 

Notre avis => +++ On en fait facilement son QG. Pourquoi ? Parce qu’on s’y sent bien, tout simplement. L’ambiance est souriante. Prix soft : du tapas à €3,90 au plat à €11,90 à déguster jusqu’à minuit. 

 

Nos arguments en cinq points pour vous convaincre:

 

 

En savoir +

El Merkado

12, rue Saint-François de Paule, Vieux-Nice.

Ouvert tous les jours de midi jusqu’à 2 heures.

NEWS

  • Rencontre avec Max Papeschi (Milan), auteur, réalisateur et artiste graphique engagé, la quarantaine flamboyante, le temps d’une interview dynamite. Voyage cynique au cœur d’«un cauchemar collectif» dans l’air du temps. Destination «Planète Papeschi», âmes sensibles s’abstenir. Par Marion Calviera   Punch liner n°1   Un saut vers l’inconnu Après avoir travaillé en tant qu’auteur et
    L’artiste polyvalente australienne Justine Khamara est une magicienne. Diplômée du Victorian College of the Arts, à Melbourne, en 2003 — avec les honneurs de ses professeurs —, son univers oscille entre photographie, sculpture et architecture visuelle, pour une griffe immédiatement reconnaissable.     Maître en l’art de la distorsion, de la destructuration, le talent de

POINT PRESSE

Politique

Economie

Média

L'interview

Money Planet

Les planches du mag

Chroniques de l'Eau