2014: Tous au « Fairphone »? (Europe)

Fairphone

#Equitable #Ethique ?

Bas Van Abel, créateur du Fairphone. Crédit photo: beruf-berufung.ch

Bas Van Abel, Néerlandais, fondateur de l’entreprise à caractère social   » Fairphone ». Photo: beruf-berufung.ch

 

La deuxième liste d’attente pour l’édition 2014 du #Fairphone est officiellement ouverte. La clientèle Européenne semble répondre positivement à la nouvelle offre commerciale « justesse et déontologie »

 

25000 précommandes ont été enregistrées sur le site dédié au concept de marché équitable en matière de télécommunications (comme son nom l’indique) notamment dans le cadre des pays les plus fragilisés par la crise et la mondialisation.

 

Si Bas Van Abel, créateur du Fairphone, admet qu’un mobile « 100% équitable n’est pas encore possible », ce dernier prône dans le journal Libération  une éthique des affaires jugée plus honorable que les méthodes de commerciales actuelles par le bais de trois principes fondamentaux: « améliorer les conditions de travail des ouvriers, passer par des fournisseurs de matières premières qui n’alimentent pas le conflit armé au Congo autour de composants comme le coltan ou l’étain, et soutenir le recyclage d’anciens téléphones avec l’ONG Closing The Loop qui agit au Ghana, pays tristement transformé en poubelle géante à déchets électroniques de l’Occident ».

Avec plus de 45564 fans sur Facebook, Fairphone est une entreprise sociale dont l’enjeu est de replacer l’humain dans l’axe d’un système économique « équitable et juste », intègre et intégré au coeur des nouvelles technologies aussi bien qu’au centre de son propre environnement, sans oppression. Le but étant de redéfinir les principes économiques « New Age », leur utilité, leur impact sur le développement d’une société certes globalisée mais sur fond d’une justice plus saine (à défaut de ne pouvoir éradiquer « totalement »  une gangrène).

 

fairphone plus d'éthique que le business du smartphone

Prix du Fairphone édition 2014 => 325 euros dont 22 euros liés l’engagement éthique. Photo: www.fairphone.com


 

Un groupe néerlandais s’apprête à lancer un téléphone qui promet de respecter à la fois ses salariés, ses fournisseurs et l’environnement. Un Coup de bluff ? La presse française s’interroge …

 

Evoquant ses relations avec  A’Hong, un industriel Chinois propriétaire d’usines à Shenzhen et à Chongqing (l’assemblage du Fairphone est signé Made in China), Bas Van Abel explique aux médias français qu’il entend améliorer ses relations de long terme avec l’ensemble de ses partenaires afin de continuer à progresser dans une intention d’équilibre et de justesse. « Nous l’avons choisi, car il assemble la quasi-totalité du téléphone au même endroit, ce qui permet d’avoir un seul interlocuteur et de multiplier les visites.« 

« Quant à l’atout écologique, les Néerlandais travaillent actuellement avec Kwame Corporation, une start-up basée au Portugal, en Angleterre et aux États-Unis, spécialisée dans le développement, la multiplication d’indicateurs de consommation énergétique sur l’interface du téléphone », indique une source Le Point. Le modèle proposé fonctionne sous Android 4.2. Ce dernier a séduit des opérateurs comme le néerlandais KPN, l’anglais Vodafone, l’allemand O2, et l’espagnol Telefonica. Quel opérateur pourrait se décider à investir dans la visiblement prometteuse filiale #Fairphone – section France 2014 ?

Marion Calviera

© PAM (2014)

En savoir +

Prêt à jeter – Ready to Throw

Extrait du documentaire Ready to Throw – Prêt à jeter
« Que deviennent nos produits électronique ? Ils sont envoyé en afrique, et en particulier au Ghana… »

 

 

Sur le même thème :

Paris : La Louve, premier supermarché coopératif en France

NEWS

  • Minthé Interview Qui Suis-Je ?   «Une personne sur dix dans notre monde n’a pas accès à l’eau, le plus basique, le plus vital des besoins humains. Une privation que nous, Occidentaux, n’imaginons pas endurer plus de 12 heures consécutives.  Un fait, 663 millions de personnes sur cette planète manquent d’eau. C’est une réalité, une
    Surprise des yeux   Dans une baignoire ou par le biais de ses montages photographiques, l’ancien acteur de film d’horreur, Robert Gligorov, dévoile son monde intérieur, des images exprimant ses fantasmes de mutation.     L’art ne fait qu’imiter la nature   D’origine macédonienne, Robert Gligorov est le Docteur Frankenstein de l’art mutant. Lui aussi

POINT PRESSE

Politique

Economie

Média

L'interview

Money Planet

Les planches du mag

Chroniques de l'Eau